Une aventure chinoise mémorable pour Yanick Beauchemin

Une aventure chinoise mémorable pour Yanick Beauchemin
Yanick Beauchemin recevant la médaille d’argent à la suite de la finale face à la Russie. (Photo : gracieuseté)

De passage à Chngdu en Chine afin de prendre part aux Jeux mondiaux des policiers et des pompiers, l’ancien Victoriavillois d’adoption Yanick Beauchemin a vécu une aventure tout simplement mémorable à l’autre bout du monde.

Celui qui a porté les couleurs des Tigres de Victoriaville et du Titan de Princeville avait réussi à se tailler une place au sein de la formation des Pompiers de Montréal à la suite d’un camp de sélection. L’équipe était toutefois composée d’un policier, de pompiers et d’agents correctionnels de différentes régions du Québec qui avaient été retenus.

Le club, qui avait pour joueurs vedettes Mathieu Loiselle et Alex Beauregard, a fait belle figure en se faufilant jusqu’en grande finale face à la Russie. Elle a toutefois dû s’incliner par la marque de 4 à 1. «Au début du tournoi, les huit équipes étaient réparties dans deux groupes de quatre pour le tour préliminaire. Nous devions donc disputer trois matchs et les deux meilleures de chaque groupe passaient en demi-finale. Nous avions perdu contre la Russie au premier match, donc ça nous a fait perdre un peu l’avantage de la glace. Nous avons joué cinq parties au total.»

Cette édition 2019 n’était toutefois pas la première participation à cette compétition pour celui qui est pompier depuis cinq ans maintenant. Beauchemin avait notamment pris part à l’édition 2017 présentée à Los Angeles.

Une mésaventure de lame

Dès le premier match du tournoi, Beauchemin a vu l’une de ses lames de patin se briser. N’ayant jamais brisé l’une de ses lames auparavant, le natif de Sainte-Perpétue n’en avait pas amené en surplus. Chengdu a beau avoir une population de 14 millions d’habitants, mais il n’y a pas un seul magasin qui vend un tel article. Beauchemin a donc dû jouer deux matchs supplémentaires avec une lame brisée avant que sa commande arrive en provenance du sud du pays. «Je joue avec le Métal Pless à Plessisville et ça fait neuf années que je joue dans le sénior. Je n’avais jamais cassé une lame. Je n’ai jamais pensé à en amener deux en Chine! C’est arrivé au premier match. Je peux dire que je m’ennuyais de ma mère! J’ai joué les deux rencontres suivantes avec une pas pire coche dans ma lame. J’ai quand même réussi à faire quelque chose d’intéressant en gardant les choses simples. Je suis un joueur qui travaille très fort qui ne ressortira pas trop du lot. J’ai donc livré des performances dans la normale. J’ai joué mon meilleur match contre la Finlande en demi-finale.»

Chengdu, un endroit accueillant et propre

Un voyage en Chine vient indubitablement avec son lot d’appréhensions. La langue, la culture, la pollution et la météo étaient notamment au cœur des préoccupations du pompier montréalais, mais il a vite été rassuré. «C’était au-delà de mes espérances. Je m’attendais à ce que ce soit très chaud, très pollué et très difficile de respirer, mais finalement, il a fait vraiment beau et chaud. La ville était vraiment propre. Il y a une grande main-d’œuvre à Chengdu, ce qui fait en sorte que c’est vraiment propre. Les gens sont également très accueillants. Puisque nous sommes plus grands qu’eux majoritairement, les habitants nous prenaient en photo.»

Également, avec la relation tendue entre Ottawa et Pékin à la suite de l’arrestation d’une dirigeante de l’entreprise chinoise Huawei, Beauchemin croyait ne pas être accueilli très chaleureusement. Ses craintes se sont toutefois avérées infondées. «Je m’attendais à peut-être sentir que je serais en danger à un certain moment, mais ce n’est pas arrivé. La présence policière avait été redoublée pour la durée de la compétition. L’ambiance était vraiment géniale. C’était parfait» Avant d’arriver à Chengdu, Beauchemin a cependant comporté quelques difficultés, dont celle des manifestations à Hong Kong. «Ça a donc coûté plus cher que prévu, ce qui m’a obligé à surpayer mes billets. Mes billets d’avion m’ont coûté 2000 $ plutôt que 1500 $.»

Par chance, l’hôtel était payé par la formation pour les 17 jours du séjour en sol chinois grâce à leurs activités promotionnelles. Ainsi, avec la nourriture, les visites et les festivités, ce périple a coûté entre 4000 $ et 5000 $ à Beauchemin.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des