Saint-Ferdinand relance le dossier de la Maison du Sacré-Cœur

Saint-Ferdinand relance le dossier de la Maison du Sacré-Cœur
La Municipalité de Saint-Ferdinand souhaite que soit réutilisée la Maison du Sacré-Cœur fermée depuis 2014. Le conseil municipal travaille à ce que la ministre responsable puisse éventuellement visiter les lieux. (Photo : www.lanouvelle.net)

La Municipalité de Saint-Ferdinand entend profiter de la présence du gouvernement caquiste au pouvoir pour relancer le dossier de la Maison du Sacré-Cœur.

«Il y a plus d’ouverture du côté de la CAQ et l’utilisation de la Maison du Sacré-Cœur en centre d’hébergement et de soins de longue durée, en ressource intermédiaire comme celle de l’Amitié à Plessisville ou encore en maison des aînés serait cohérente avec la vision exprimée par la ministre des Aînés et des Proches-aidants, Marguerite Blais», a fait savoir le maire de Saint-Ferdinand, Yves Charlebois.

«Il est important que ce bâtiment soit utilisé et non démoli pour qu’on puisse garder notre monde un peu plus longtemps chez nous», de renchérir M. Charlebois tout en expliquant que la fermeture avait engendré, depuis cinq ans, un exode des personnes aînées de la MRC de L’Érable vers d’autres centres à l’extérieur.

La MRC de L’Érable a donné son appui à la Municipalité de Saint-Ferdinand dans ses démarches en plus de demander au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec de rencontrer les intervenants municipaux afin d’étudier les options qui permettraient de redonner sa vocation au bâtiment de la Maison du Sacré-Cœur.

Le préfet Sylvain Labrecque était là en 2014 pour appuyer le maire de l’époque, Rosaire Croteau, et la Municipalité de Saint-Ferdinand pour dénoncer la décision de l’ancien CSSS d’Arthabaska-et-de-l’Érable de fermer le centre d’hébergement pour personnes âgées et de transférer ses lits dans la région voisine.

«La fermeture de l’établissement, qui venait d’être mis à niveau, avait aussi occasionné la perte de plusieurs emplois. Ce fut une décision administrative inconcevable, malgré la promesse de l’ancien ministère de la Santé et des Services sociaux que demeure en fonction la Maison du Sacré-Cœur après la fermeture et la démolition de l’Hôpital Saint-Julien», a rappelé M. Labrecque.

«Le bâtiment est en bon état et doté d’équipements fonctionnels pour accueillir des résidents en CHSLD par exemple. Il n’aurait pas besoin de beaucoup de transformation pour être opérationnel», a conclu M. Labrecque.

Partager cet article

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
DouvilleRobert AllardRock FRECHETTE Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Rock FRECHETTE
Invité
Rock FRECHETTE

Comme c’était il y a 5 ans, plusieurs emplois seraient créés, l’édifice est en très bon état, il ne faut pas le démolir, c’est tout ce qui nous reste de l’ancien édifice St-Julien, alors lets go gang!!!

Robert Allard
Invité
Robert Allard

Ce se cerais une tres bonne decision de remettre vie a cet edifice qui me parais fonctionelle et il y a plein d’espace dans ce building notre generation les plus de 60 ans somme en depourvue d’habitation et de personne ressource a qui s’adresser pour fonctionner. On di qu’il y a un manque de ravailleur eh bien nous avons des refugiers sur le BS c’est a peu pres temp de les faire travailler. Leconomie vas se renfermire et le village et les environs auront du monde a l’emploie.

Douville
Invité
Douville

Bien sur les emplois sont une variable en regard des décisions des gouvernements.
Nous parlons de plus en plus de consommations excessives et, de déséquilibres planétaires….
Si on commençait par nous en se récréant un tissus social plus serré,ici, chez-nous…
Nos aînés vont vivre ailleurs simplement parce que nous ne leur offrons pas de milieu sécuritaire et, stimulant ici à St-Ferdinand….
Attendre les subventions pour créer des espaces d’ amusements est une chose, assurer la survie de nos anciens en est une autre….
Pensons local et un pas sera fait pour nous tous ensembles…
Un conscientisé de la place donné à nos anciens…
Nelson Douville