Des fans en feu pour Sum 41

Par Caroline Lepage
Des fans en feu pour Sum 41
L’énergie des fans était électrisante, samedi soir. (Photo : www.lanouvelle.net)

Environ 7000 spectateurs étaient en feu, samedi soir, et reconnaissants d’assister au show du groupe de renommée internationale Sum 41, à Victoriaville.

Le festival Rock la Cauze a comblé des milliers de fans, samedi soir, au parc Terre-des-jeunes de Victoriaville.

Le groupe de Sum 41, à son entrée sur scène. (Photo www.lanouvelle.net)

«C’est «big» d’avoir Sum 41 à Victo! Ça vaut de l’or», lance Sarah Sévigny, de Victoriaville.

Cette femme de 30 ans appréciait grandement que les organisateurs aient pensé aux gens de son âge.

«C’est rare qu’on voit de quoi, ici, qui rejoint autant les jeunes (…) et ça se passe dans le respect et le calme», souligne-t-elle.

Son amie, Patricia Ann Lamarre, était également enchantée de sa soirée.

«J’adore la musique et je trouve ça génial qu’on ait ce festival à Victo. En plus, c’est abordable!», poursuit-elle.

Mme Lamarre a même questionné des résidents du coin, plus âgés, qui se disaient heureux de voir de l’action dans le quartier.

Souvenirs de jeunesse

D’autres festivaliers venaient de l’extérieur pour revivre des «trippes de jeunesse», comme l’indique Maxime Chamberland, qui était accompagné d’une douzaine d’amis de Québec.

Ce dernier a commencé à jouer de la guitare et de la batterie sur les airs de Sum 41, au début de son secondaire, et il a toujours continué d’écouter la musique du groupe punk rock, qu’il trouve de plus en plus recherchée.

(Photo www.lanouvelle.net)

«Leur énergie est meilleure sur scène», constate M. Chamberland.

Francis Croteau, 32 ans, de Victoriaville, avait hâte d’entendre en show les chansons du dernier album du groupe, «Order in Decline».

«On est vraiment fier de cet événement. C’est vraiment cool!», s’exclame-t-il.

Olivier Lebrun, de Sherbrooke, s’était hissé dans la première rangée, devant la scène, pour assister aux spectacles de près. Toutefois, il recommanderait aux organisateurs de remonter le niveau du terrain, qui est en pente, à cet endroit.

«Quand les gens font du «mosh pit», ils nous tombent dessus», déplore-t-il.

L’équipe de Sam Mauricie offrait des soins médicaux, sur place. Selon le directeur, Daniel Quessy, quelques interventions mineures ont été effectuées, comme dans tous les festivals où il se déplace.

Les Vulgaires machins ont également donné un spectacle fort apprécié avant celui du groupe ontarien Sum 41.

Magique

Yanick Poisson, qui fait partie du comité organisateur de Rock la Cauze,

a parlé d’une journée «magique», samedi, qui contrastait avec la veille. La soirée de vendredi avait été difficile, malgré les artistes de renom, comme Moist, à cause des trois orages.

Sarah Sévigny et Patricia Ann Lamarre, de Victoriaville, étaient enchantées que des shows de cette envergure soient présentés dans leur ville. (Photo www.lanouvelle.net)

Par chance, le succès exceptionnel de la prévente avait diminué le stress des organisateurs.

«Aujourd’hui (samedi), tout le monde est ben content. On vend du bonheur!», dit-il.

Avant que Sum 41 monte sur scène, l’organisation s’occupait à faire respecter les restrictions demandées pour assurer la sécurité des artistes. Par exemple, des agents étaient présents pour empêcher les festivaliers de monter sur la scène, comme c’est arrivé l’an dernier.

Les organisateurs de Rock la Cauze, qui en est seulement à sa deuxième année d’existence, ont pris énormément d’expérience dans l’organisation d’un festival de musique de cette envergure.

«L’an passé, on nous a dit qu’on était des bénévoles, mais que cette année, on était des pros. C’est incroyable le progrès qu’on a fait!», rapporte M. Poisson.

Partager cet article

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Dominic Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Dominic
Invité
Dominic

Bonjour Mme Lepage. Suite a la lecture de l’article, des questions subsistent. Quel était « la cause »? Quel organisme a bénéficié de l’évènement de cet année? Quel montant d’argent a t-il reçu? D’où provient cet argent? Il me semble que le concept a la base de rock la cause, c’est de tenir l’évènement pour une bonne cause non?