Ah, les fraises et les framboises! chez Talfor

Photo de Carol Isabel
Par Carol Isabel
Ah, les fraises et les framboises! chez Talfor
La production 2019 s'annonce bonne pour la Fraisière Talfor, malgré un départ tardif. (Photo : www.lanouvelle.net)

Malgré un début de saison tardif, la récolte de fraises et de framboises a été bonne jusqu’à maintenant à la Fraisière Talfor, située sur la route 116 à Plessisville.

Après la cueillette de la fraise hâtive et de la fraise conventionnelle dans ses champs en juin et juillet, la ferme est à compléter celle de la framboise d’été qui s’est amorcée le 22 juillet dernier et qui devrait se poursuivre jusqu’à la mi-août. Elle enchaînera ensuite avec la framboise d’automne qui devrait perdurer jusqu’à la deuxième semaine de septembre.

Les travailleurs à la ferme (ils sont une quinzaine d’employés guatémaltèques et mexicains) ont aussi commencé à ramasser la fraise d’automne, et ce, depuis le 26 juillet dernier. L’an passé, elle s’était cueillie jusqu’au 20 octobre.

«La température est actuellement parfaite pour nous permettre d’espérer une bonne année, malgré les deux semaines que nous avons perdues en début de saison. Par contre, si nous connaissons un gel en plein milieu de septembre, ce sera une saison plutôt ordinaire», d’expliquer la responsable des relations humaines de l’entreprise, Josée Roy.

Fraisière Talfor, qui compte au total 25 employés en pleine saison, continue d’offrir ses produits frais à son kiosque de la route 116 et dans les marchés IGA de Plessisville, Princeville et Victoriaville. Le maïs cultivé par la ferme tout comme ses haricots jaunes et ses poivrons sucrés de même que ses tomates et concombres sont d’ailleurs sur les tablettes.

Aussi, l’entreprise transforme les fruits et légumes issus de ses champs pour en faire de délicieuses tartes, confitures et marinades sans oublier ses beignets. Ces petites gâteries se retrouvent à son kiosque de la route 116.

Autocueillette

L’autocueillette demeure une activité familiale très appréciée. Elle est d’ailleurs offerte à la Ferme Talfor. C’est actuellement le cas pour la framboise et pour la fraise d’automne. Pour la fraise d’automne, il est cependant recommandé de vérifier la disponibilité en autocueillette puisque l’entreprise doit d’abord s’ajuster selon les demandes de sa clientèle commerciale. Pour ce faire, il suffit d’appeler à la ligne Info-Fraises au 819 362-1141 ou de consulter sa page Facebook.

Des agronomes américains en visite chez Talfor

En plus de ses 50 acres en production, l’entreprise, qui est la propriété de Claude Talbot et Paul Fortier, s’intéresse depuis 2013 aux grands tunnels. Ces abris non chauffés, qui ressemblent à des serres, lui permettent de cultiver divers petits fruits en pot et d’essayer de nouvelles variétés tout en augmentant la productivité et prolongeant la saison de culture.

«Nous avons 10% de notre production totale sous tunnel. C’est une production qui est prometteuse, mais qui demande beaucoup d’investissements», de souligner Mme Roy qui est aussi la conjointe de M. Talbot.

Lors de notre passage à la Fraisière Talfor, l’entreprise Dubois Agrinovation, une compagnie spécialisée dans la fourniture d’équipements liés à la production maraîchère, accompagnait justement un groupe d’une quinzaine d’agronomes universitaires américains spécialisés dans la culture de petits fruits sous tunnel.

«Ils font actuellement une tournée de plusieurs fermes au Québec pour voir les nouvelles techniques de production utilisées chez nous et les installations sous tunnel. La Fraisière Talfor utilise un système unique au niveau des grands tunnels qui les a grandement intéressés notamment pour ce qui est des fraises qui y sont cultivées», a indiqué pour sa part le directeur du développement des affaires chez Dubois Agrinovation, Éric Ménard.

Le groupe d’universitaires en provenance de plusieurs états américains, dont ceux du Minnesota, de la Caroline du Nord, du New Hampshire, du New Jersey et du Maine, arrivait de l’île d’Orléans avant de faire son arrêt à Plessisville et de reprendre sa tournée jusqu’à Montréal.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des