Gilles Tremblay se laisse guider par sa passion

Gilles Tremblay se laisse guider par sa passion
Gilles Tremblay (Photo : www.lanouvelle.net)

Dans la croyance populaire, un recruteur-chef junior majeur gagne sa vie avec le hockey. Dans les faits, un seul a ce privilège au sein de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Il s’agit de Mario Carrière, des Cataractes de Shawinigan. C’est donc dire que le recruteur-chef des Tigres de Victoriaville, Gilles Tremblay, doit joindre son emploi du monde du hockey à celui de représentant chez ARP Distribution à Plessisville. 

Au cours d’une saison typique de recrutement, un recruteur-chef verra de 150 à 300 parties et il roulera entre 25 000 et 30 000 km pour y assister. «Et tout ça, c’est fait après une journée de travail. Il n’y a pas beaucoup de parties en semaine, mais le vendredi, tu termines ta journée et tu sautes dans l’auto pour aller à Châteauguay par exemple. Je reviens ensuite chez moi à minuit. Le lendemain matin, je me lève et, ensuite, en fin d’après-midi, il y a un match et un autre en début de soirée. Tu peux donc réussir à en faire deux parfois. Tu peux aussi jumeler des matchs du midget AAA, du midget espoir et du hockey scolaire. C’est comme ça le samedi et le dimanche régulièrement», a relaté l’homme de 57 ans.

Et à tous ces matchs s’ajoutent les innombrables rapports de recrutement à remplir sur leur logiciel afin de conserver une trace de leurs observations sur tous les hockeyeurs qu’ils observent. Même si la tâche est énorme, il faut voir le Plessisvillois d’origine en parler pour comprendre que c’est loin d’être un fardeau. Le hockey lui coule dans les veines. Ce nombre incalculable d’heures qu’il passe sur la route et dans les arénas, il le fait par amour pour son sport. «Quand on parle de passion, c’est ça. Ce serait faux de penser qu’il y a une science infuse derrière le recrutement. Dans ça, il y a l’œil et la logique de ce que tu veux voir, mais tu dois surtout assister à des rencontres. À un certain point, il y a un déclic qui se fait sur le joueur qui fait en sorte que tu veux le repêcher ou que tu préfères ne pas le sélectionner.»

Composant avec une équipe de six recruteurs, les opinions varient inévitablement d’un homme à l’autre, ce qui implique donc du visionnement supplémentaire. «Des fois, je vais lire les rapports de mes gars et ils vont avoir aimé un joueur en particulier. De mon côté, je ne l’aurai pas aimé du tout. Je dois donc ne pas m’arrêter à ça. Je vais donc aller me convaincre que j’ai raison ou que j’ai tort, et ce, plus qu’une fois. À l’occasion, je peux y retourner à sept ou huit reprises pour un gars qui est supposé être un joueur de haut niveau qui ne m’allume pas. Il faut donc avoir confiance en ses recruteurs et respecter leurs opinions. La force d’un recruteur est cependant d’avoir confiance en ses convictions. Je pense que la beauté d’un recruteur, c’est d’y croire», a raconté celui qui a commencé dans le recrutement avec les Tigres en 2006.

Toujours ouvert à grimper les échelons

Bientôt âgé de 57 ans, Gilles Tremblay continue de nourrir de belles ambitions quant à sa carrière dans le monde du recrutement. Il ne cache d’ailleurs pas son désir de gravir les échelons et de faire ce qu’il fait tant qu’il sera en santé. «Le gars qui va te dire qu’il ne rêve pas de grimper au niveau supérieur, je pense que c’est un menteur. Il te cache une vérité! Je ne m’en cache pas. Si j’avais une ouverture pour être directeur général dans le junior ou recruteur dans la Ligue nationale de hockey (LNH), je pense que, à mon âge, ce sont les deux seules choses que je peux encore faire dans le hockey et qui sont peut-être accessibles. Est-ce que je le ferais, peu importent les conditions? La réponse est non. Je serais cependant à l’écoute. Kevin Cloutier (directeur général des Tigres) le sait et il est content, car il veut être entouré de gens qui ont de l’ambition», a fait valoir celui qui a aussi œuvré pour les Islanders de Charlottetown et les Cataractes de Shawinigan.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des