Alternance travail-études rémunérée en soudage-montage

Photo de Carol Isabel
Par Carol Isabel
Alternance travail-études rémunérée en soudage-montage
Le Centre de formation professionnelle André-Morissette offre maintenant son programme d'apprentissage individualisé en soudage-montage en formule d'alternance travail-études rémunérée. Sur la photo, le personnel, des élèves en soudage-montage et des représentants des entreprises participantes au projet et partenaires. (Photo : www.lanouvelle.net)

Le Centre de formation professionnelle André-Morissette de Plessisville (CFPAM) a procédé au lancement d’un projet novateur en soudage-montage pour répondre à la pénurie de main-d’œuvre des entreprises et pallier dans un même souffle à ses difficultés de recrutement d’élèves.

L’équipe du CFPAM ainsi que Développement économique de L’Érable ont travaillé conjointement, depuis un an, avec 17 entreprises de la région à l’actualisation du programme d’apprentissage individualisé en soudage-montage. Grâce à cette collaboration, la formation en soudage-montage sera dorénavant offerte en formule d’alternance travail-études (ATE) rémunérée, et ce, dès le mois d’août.

Les élèves effectueront 440 heures en stage dans les entreprises partenaires pendant leur formation de 1800 heures qui s’échelonne sur une période d’un an et demi. «C’est une chance unique pour eux d’acquérir de nouvelles connaissances et de l’expérience terrain et surtout de créer un échange de bonnes pratiques entre l’école et les entreprises. Ce partenariat permettra de former des futurs travailleurs plus autonomes et plus compétents», d’expliquer la directrice de la formation professionnelle pour la Commission scolaire des Bois-Francs, Isabelle Cantin.

En plus d’avoir l’opportunité d’être formés en entreprise, les élèves seront rémunérés pendant leurs stages. Durant leur cheminement scolaire, c’est environ un montant de 7000 $ qui leur sera versé en salaire.

«Nous espérons réellement attirer plus d’inscriptions avec ce nouveau programme qui se veut plus concret pour l’élève qui aura un pied dans l’entreprise en plus d’être payé. Nous croyons qu’il s’agit de la formation de l’avenir», mentionne la directrice.

Mme Cantin précise qu’il y avait 104 postes disponibles de soudeur-monteur sur le site en ligne d’Emploi-Québec pour le Centre-du-Québec en mars dernier alors que le Centre de formation professionnelle André-Morissette aura peine à en former une trentaine cette année.

Les partenaires

L’entreprise USNR de Plessisville fait partie du groupe des 17 qui s’est impliqué dans le projet. Au fil des ans, elle a accueilli de nombreux stagiaires du Centre de formation professionnelle André-Morissette en tant qu’employeur et témoigne de la grande qualité d’enseignement qu’on y retrouve.

«L’idée d’unir nos forces est de rendre plus attrayant le métier de soudeur-monteur», a d’abord commenté son directeur d’usine, Yannick Gagnon.

«Ce projet nous donne aussi l’occasion de former les étudiants selon nos méthodes de travail et de leur faire valoir notre entreprise. Les étudiants ont pour leur part la possibilité d’expérimenter différentes techniques et d’être impliqués dans plusieurs projets en profitant de l’expérience de nos travailleurs. Ils ont aussi l’opportunité de valider leur choix de carrière rapidement et même de se trouver un emploi en cours de stage», a-t-il ajouté.

Outre USNR, les entreprises Anderson, Métalus, Canatal, Doucet, Poudrier, Vibrotech, GRYB, Plessitech, Tôle Art, Piché, Princecraft, Machinex, Industek, Artix, CBR Laser et Posi + font partie de la liste des entreprises participantes.

Campagne de promotion

Une nouvelle campagne de promotion sous le slogan «Ils vont se battre pour t’avoir» viendra appuyer cette nouvelle initiative alors qu’on martèlera également le message que le programme de soudage-montage en formule d’alternance travail-études est simple, rapide et payant.

Un site Internet futursoudeur.com a aussi été entièrement dédié à la promotion du programme avec de l’information sur le métier, le cours et l’école sans oublier que de l’information est aussi disponible sur le site de la formation professionnelle de la Commission scolaire des Bois-Francs et qu’on offre à chaque candidat l’opportunité de suivre une journée de formation à l’essai.

Pour Mme Cantin, il ne fait aucun doute que cette profession présente d’excellentes perspectives d’emploi au Centre-du-Québec au cours des prochaines années.

Il est toujours possible de s’inscrire en prévision de la nouvelle cohorte d’élèves qui fera son entrée le 14 août prochain (les suivantes auront lieu le 2 décembre 2019 et le 9 mars 2020). L’école peut accueillir jusqu’à 20 élèves par cohorte.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des