«Chez Charles-Édouard», récit d’une résidence d’artiste

«Chez Charles-Édouard», récit d’une résidence d’artiste
Véronique Pepin pose en compagnie des sept participants au projet de livre ainsi que le bibliothécaire Julien Brazeau et Danielle Croteau de la Ville de Victoriaville. (Photo : www.lanouvelle.net)

C’est à la suite d’une résidence d’artiste, tenue à la bibliothèque Charles-Édouard-Mailhot de Victoriaville en octobre et novembre 2018 et de trois ateliers de création littéraire présentés sur les lieux, que Véronique Pepin a lancé, en début de semaine, un petit livre, journal de bord créatif de cette expérience, intitulé «Chez Charles-Édouard».

Le projet a été soutenu par le Fonds spécial pour la médiation culturelle de Victoriaville et permet, en plus de lire les écrits de Véronique, de publier les textes de sept des participants aux ateliers. Il donne également l’occasion de se plonger dans l’univers de la bibliothèque municipale et voir un peu ce qui s’y passe.

Pour commencer sa résidence, Véronique a investi ponctuellement les lieux, observant les habitués. «L’objectif de ce projet était, d’une part, de permettre aux citoyens d’échanger librement et de vivre l’expérience de la création avec une auteure professionnelle de la région et, d’autre part, je souhaitais m’imprégner de l’esprit des lieux pour témoigner, par ma plume, de ce qui s’y passe et des gens qui y évoluent. La bibliothèque publique constitue un endroit riche en découvertes, fréquenté par une clientèle éclectique. Comme je suis à la fois créatrice et intervenante culturelle, le projet m’a paru extrêmement stimulant», a-t-elle expliqué.

Étant auteure et fondatrice de la maison d’édition La petite barque, elle a su guider les sept coauteurs du livre qui sont Elyse Pellerin, Monique Gosselin, Marielle Cantin, Noëlla Grondin, Claude Perreault, Pierre Viau et Gilles Girouard.

D’ailleurs, deux de ces personnes, Elyse et Marielle, ont lu, devant les gens qui assistaient au lancement, leurs textes qui se retrouvent dans le livre tiré à 100 exemplaires. Ce dernier sera disponible dans l’ensemble des bibliothèques de la MRC d’Arthabaska et déposé aux bibliothèques nationales du Québec et du Canada. De plus, quelques copies sont en vente chez Buropro de Victoriaville.

Et en première pour elle, Véronique Pepin a réalisé une version numérique du livre (qui s’inscrit dans une perspective de développement durable) qu’on pourra télécharger à partir du site vic.to/bibliotheque.

Le bibliothécaire Julien Brazeau a de son côté mentionné qu’il s’agissait d’une toute première résidence d’artiste à être tenue chez Charles-Édouard-Mailhot et que tout le projet avait été mobilisateur. Il a rappelé l’importance de la reconnaissance des écrivains du coin et annoncé que la bibliothèque, dans les prochaines semaines, indiquera d’une bande bleue les livres écrits par les auteurs de la région.

Quant à la coordonnatrice art et culture de la Ville de Victoriaville, Danielle Croteau, elle a indiqué que cette résidence (et tout ce qui en a découlé) faisait partie de la première cohorte de projets financés par l’entente de développement culturelle. «Et la deuxième cohorte sera annoncée prochainement», a-t-elle précisé.

 

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des