Cannabis sur les milieux de travail : des impacts moindres que ceux initialement appréhendés

Communiqué
Cannabis sur les milieux de travail : des impacts moindres que ceux initialement appréhendés
(Photo : Depositphotos)

Un sondage mené auprès de ses membres par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés six mois après la légalisation de la marijuana au Canada montre que les impacts sur les milieux de travail sont bien moindres que ceux initialement appréhendés.

En effet, 85% des répondants affirment ne pas avoir eu plus de cas reliés à la consommation de drogues à gérer depuis l’entrée en vigueur de la législation et plus de 81% que leur manière de traiter les situations problématiques de consommation n’a pas été modifiée. Il appert également que plus de 87% des répondants mentionnent que leur organisation dispose d’une politique sur la possession et l’usage du cannabis.

Les résultats de l’enquête ont également permis de démontrer qu’en ce qui a trait aux accidents de travail, 93% des professionnels en ressources humaines sondés affirment ne pas avoir constaté une hausse de travailleurs accidentés reliés à la consommation de cannabis.

Des moyens et des outils adéquats

Il faut toutefois souligner que l’entrée en vigueur de la Loi sur le cannabis a incité plus de la moitié (51%) des professionnels en ressources humaines à mettre en place des moyens pour accompagner les employés qui pourraient être aux prises avec une dépendance au cannabis. Donnée concomitante à ce constat, 63% d’entre eux considèrent disposer des outils appropriés pour implanter des mécanismes de prévention.

Des professionnels en ressources humaines proactifs

Lors d’un précédent sondage mené en 2017, trois professionnels sur quatre se disaient préoccupés par la légalisation prochaine du cannabis (73%). Cette tendance était demeurée relativement stable à quelques mois de l’entrée en vigueur de la législation, en juin 2018, où les professionnels exprimaient toujours la même inquiétude (74%). Or, selon les plus récentes données obtenues en 2019, cette tendance se serait inversée. Les professionnels en ressources humaines seraient maintenant, dans la très grande majorité des cas (74%), peu ou pas préoccupés par la légalisation du cannabis. Ce changement de paradigme pourrait être attribuable à la proactivité dont ils ont su faire preuve pour pallier les éventuels impacts que pourrait avoir la légalisation du cannabis sur leur organisation.

Rappelons qu’en 2018, près de 85% des CRHA et CRIA estimaient que la législation sur le cannabis aurait, selon eux, un impact sur leur milieu de travail, une proportion restée semblable en 2017, où 81% des répondants étaient toujours de cet avis. Or, il appert qu’en 2019, ils sont plus des deux tiers (68%) à reconnaître que la Loi sur le cannabis n’a entraîné aucune répercussion dans leur organisation.

«Les préoccupations exprimées avant la légalisation semblent donc avoir suscité une plus grande vigilance de la part des professionnels en ressources humaines. En anticipant une éventuelle augmentation des problèmes liés à la consommation en milieu de travail, ils ont pu mettre en place des mesures et des mécanismes adéquats pour y faire face», de conclure Manon Poirier, CRHA, directrice générale de l’Ordre.

À propos de l’Ordre

Regroupant 10 000 membres, l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés est la référence en matière de pratiques de gestion des employés. Il assure la protection du public et contribue à l’avancement de ses membres CRHA et CRIA. Par ses interventions publiques, il exerce un rôle d’influence majeur dans le monde du travail au Québec. L’Ordre participe ainsi activement au maintien de l’équilibre entre la réussite des organisations et le bien-être des employés. Pour en savoir plus, visitez ordrecrha.org.

 

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des