Victoriaville finaliste pour un prix provincial

Victoriaville finaliste pour un prix provincial
* (Photo : Archives)

La Ville de Victoriaville pourrait mettre la main sur un prix provincial à la fin du mois de mai puisqu’elle se trouve finaliste pour les prix de CAMF 2019 qui seront remis le 30 mai dans le cadre du colloque du Carrefour action municipale et famille qui se tient cette année à Roberval.

«Victoriaville est finaliste pour son projet de déplacement sécuritaire des aînés en aide motorisée», a fait savoir le conseiller Patrick Paulin lors de la séance du conseil municipal alors qu’on dressait le bilan 2018 des politiques sociales.

«Il s’agit d’une belle initiative qui fait l’envie de plusieurs municipalités», a constaté le conseiller Paulin.

Du côté de la politique familiale, la conseillère Chantal Moreau a salué, comme l’ont fait ses collègues, les intervenants engagés. Puis, elle a tenu à rappeler ce projet aux retombées importantes, celui de la formation RCR en 30 minutes. «Cela nous amène des personnes supplémentaires en mesure d’intervenir, d’agir en cas d’urgence et de nécessité», a-t-elle souligné.

Au conseil municipal, lundi soir (Photo lanouvelle.net)

Pour la politique jeunesse, le conseiller Alexandre Côté a souligné que de nombreuses activités exceptionnelles et importantes ont marqué la dernière année. Mais son clin d’œil revient à ce projet d’art urbain, le banc de poissons sur la rue Saint-Dominique. «Ce projet a été réalisé par plus de 400 élèves de l’école Le boisé. Ç’a créé un environnement artistique et ludique au centre-ville», a-t-il confié.

Pour «Hop la ville!», l’élu Marc Morin a exposé certaines des nombreuses réalisations (fêtes de voisins, potagers urbains, programme accès loisir, menus et aliments Hop la ville) tout en rappelant l’objectif de créer des conditions favorables dans le but de proposer des activités et des installations favorisant de saines habitudes de vie.

Le maire André Bellavance a félicité tout ce monde, tous ces intervenants, toutes les équipes pour la mise en place de toutes ces politiques, de toutes ces actions. «On récolte les fruits. Votre travail acharné, rigoureux, fait en sorte que la ville se démarque depuis plusieurs années dans cet objectif de faire de Victoriaville une ville avec une qualité de vie exceptionnelle. Le fait d’être en nomination pour un prix démontre qu’on accomplit un bon travail. Bravo! Il faut continuer», a-t-il exprimé.

Don à la Croix-Rouge

Comme elle l’avait fait pour les inondations de 2017, la Ville de Victoriaville, interpellée par l’Union des municipalités du Québec (UMQ), accepte de faire sa part en octroyant un don à la Croix-Rouge, à la hauteur de 10 sous par citoyen, l’équivalent d’environ 5000 $.

«Les inondations touchent plusieurs municipalités au Québec. Et un grand élan de solidarité sa manifeste. L’UMQ nous a interpellés pour donner un coup de pouce. Notre conseil municipal réitère sa solidarité envers les gens affectés. Tout l’argent va directement à la Croix-Rouge pour les sinistrés», a indiqué le maire Bellavance.

Proclamation du 17 mai

Le conseil municipal a répondu positivement à la demande du Groupe régional d’intervention sociale (GRIS) de la Mauricie et du Centre-du-Québec pour proclamer le 17 mai, la journée internationale contre l’homophobie et la transphobie.

Pour les élus victoriavillois, il y a lieu d’appuyer les efforts du GRIS dans la tenue de cette journée, considérant que la Charte des droits et libertés de la personne reconnaît qu’aucune discrimination ne peut être exercée sur la base de l’orientation sexuelle, que le Québec est une société ouverte à tous et à toutes, y compris aux communautés LGBTQ et qu’il existe un large consensus contre la discrimination plus particulièrement contre l’homophobie.

 

Partager cet article

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Question Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Question
Invité
Question

Je ne comprends pas ,cette ville à terminée 42 sur 50 selon le journal de Montréal ou il fait bon vivre