Un garage détruit par un incendie

Photo de Claude Thibodeau
Par Claude Thibodeau
Un garage détruit par un incendie
Un incendie d'origine accidentelle (Photo : lanouvelle.net)

Un incendie d’origine accidentelle a détruit, mardi soir, un garage privé sur la rue Saint-Calixte Ouest dans la Paroisse de Plessisville.

Les pompiers de la caserne 45 du Service de sécurité incendie régional de L’Érable (SSIRÉ) ont été alertés vers 19 h 50.

Une vingtaine de pompiers du SSIRÉ et de Princeville ont été appelés sur les lieux. (Photo lanouvelle.net)

Le feu est d’origine accidentelle. Des travaux étaient en cours lorsque l’incendie a éclaté. «Un homme effectuait des travaux de mécanique sur un véhicule et son fils, dans une autre partie du garage, travaillait sur un véhicule tout terrain. Lors d’une opération de découpage, des étincelles se seraient retrouvées sur des guenilles imbibées de produits», a relaté Éric Boucher, directeur du SSIRÉ.

Puisque l’homme portait un masque de protection, il lui a fallu un certain moment avant de constater la présence de fumée. Mais il était trop tard. Le feu avait pris une longueur d’avance. «Ils ont tenté en vain de circonscrire l’incendie. Le père a même subi des blessures au deuxième degré, mais il n’a pas voulu aller au centre hospitalier», a confié le directeur du SSIRÉ.

Le fils, lui, aurait été légèrement incommodé par la fumée.

(Photo lanouvelle.net)

À l’arrivée des pompiers sur les lieux, l’embrasement du bâtiment, d’une superficie d’environ 400 pieds carrés, était généralisé. Les sapeurs ont assuré la protection de la résidence et d’une remise dont le revêtement extérieur a été quelque endommagé.

Une vingtaine de pompiers, au total, ont été mobilisés, incluant les sapeurs de Princeville intervenus en entraide avec un camion-citerne pour le transport d’eau. Cette intervention n’a finalement pas été nécessaire puisque les combattants du feu ont pu raccorder les camions à une borne-fontaine.

Les pompiers ont maîtrisé le brasier en une demi-heure. Après avoir éliminé les risques de propagation, le travail d’extinction s’est ensuite poursuivi pendant environ 60 minutes.

Le directeur du SSIRÉ, Éric Boucher, évalue les pertes à environ 15 000 $.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des