L’environnement, pas juste l’affaire des milléniaux

Par Andrée-Anne Fréchette
L’environnement, pas juste l’affaire des milléniaux
Michel Croteau (Photo : www.lanouvelle.net - Archives)

Michel Croteau, un Warwicois engagé et préoccupé par les changements climatiques, désire inviter les citoyens à se mobiliser pour cette cause à la faveur du Conseil général québécois du Parti conservateur du Canada, les 26 et 27 avril.

Selon M. Croteau, les citoyens laissent le problème entre les mains des milléniaux. «Les baby-boomers, nous devrions faire notre part. Mais aussi les X et les Y», commence-t-il.

Il croit qu’il prévaut de bouger lors de l’événement qui se tiendra au Centre de congrès Le Victorin. «Il faut dire à notre député, Alain Rayes, qu’on n’a pas besoin d’un parti climatosceptique qui ne veut pas de taxe carbone, pense-t-il. Alain Rayes est le lieutenant du parti au Québec et il doit savoir qu’au Québec, on veut autre chose.»

Il souhaite que d’autres participent aux actions menées par les jeunes. «Plusieurs de mon âge sont à la retraite et ils ont du temps. Il s’agit de l’avenir pour ces jeunes. Ça fait longtemps qu’on en parle. Les milléniaux s’impliquent, tandis que nous, on ne fait rien», observe Michel Croteau.

Enfin, il désire rejoindre les rangs de «Vendredi pour le futur» et que d’autres l’imitent.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Comments
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
René Germain
René Germain
1 année

Moi je fais ma part j’ai une auto électrique et toi comment tu aide

david
david
1 année
Répondre à  René Germain

je ramasse mes cochonnerie pis je les mets dans dans une poubelle. pas comme les clients de tim horton. c est la base

Mathias Rocheleau-Duplain
Mathias Rocheleau-Duplain
1 année
Répondre à  René Germain

Bonjour René, la voiture électrique est un pas dans la bonne direction, mais encore. Saviez-vous que l’industrie alimentaire et l’agriculture contribue pour près de 25 % du total des émissions de gaz à effet de serre dans le monde soit autant que l’industrie de l’énergie et plus que toute l’industrie automobile. Je veux donc mettre en relief que les pratiques alimentaires sont d’une importance primordiale pour atténuer l’impact sur les changements climatiques. Diminuer sa consommation de viande, acheter locale et biologique sont des exemples concrets qui contribuent de manière plus significative à diminuer son emprunte écologique que ses propres déplacements en voiture.

Mathias