Humanitude : une mise en scène signée Nicolas Gendron

Photo de Manon Toupin
Par Manon Toupin
Humanitude : une mise en scène signée Nicolas Gendron
Nicolas Gendron assure la mise en scène du spectacle Humanitude du chœur Daveluy. (Photo : gracieuseté)

Nicolas Gendron a accepté la demande de la chef du choeur Daveluy, Suzanne Lainesse, de faire la mise en scène du grand spectacle Humanitude, présenté à la fin du mois d’avril (le 27 à 20 h et le 28 à 14 h) au Carré 150 de Victoriaville.

Ainsi, depuis le mois de septembre, le Victoriavillois d’origine rencontre régulièrement les membres du chœur afin d’être à l’écoute de chacun et de faire quelques propositions. Pour lui, il s’agit d’un record que de travailler avec 75 personnes en même temps, mais cela demeure le même travail de sens à créer entre la lumière et l’espace.

La mise en scène qu’il propose pour le spectacle se veut dépouillée et en lien avec le thème. «Pour revenir à l’essence de pourquoi on se réunit», a-t-il expliqué en entrevue téléphonique, quelques jours avant la fin de semaine où le chœur se réunit pendant deux journées complètes, au Camp musical d’Asbestos, question de faire une prérépétition générale.

Dès le départ, afin de connaître tous les choristes, Nicolas leur a demandé d’apporter un objet qui leur était cher. Cela a permis de créer des liens, d’établir une confiance. Ensuite, le metteur en scène a demandé aux choristes d’essayer des mouvements, des intentions pour en arriver à un état d’abandon. «Il faut plonger à 75 malgré les doutes, les questionnements et toujours en dialogue avec Suzanne», fait-il savoir.

Pour Nicolas, c’est le répertoire choisi qui crée le spectacle, avec l’intention de la chef de chœur, bien entendu. Et la nouveauté pour lui, avec cette mise en scène, est ce rapport à la musique qui est plus sensible, plus précis. «Il y a une qualité d’écoute à trouver avec autant de gens», a-t-il confié.

Nicolas est très heureux de cette incursion dans le chœur Daveluy, duquel il a déjà fait partie une année, tout comme des P’tits Cœurs, rappelle-t-il. «Je connaissais la chorale de l’intérieur, mais d’y être comme témoin privilégié, avec la grande confiance que m’accorde Suzanne, est un privilège. Je le prends comme un exercice de lumière, de simplicité et d’harmonie. Nous sommes là pour communier autour d’œuvres et faire entendre la poésie des choristes», indique-t-il en ajoutant que chaque fois qu’il se place au cœur du chœur, il est toujours touché.

Nicolas sera présent lors des deux représentations du spectacle et invite les gens à arriver un peu plus tôt, soit au moins 10 minutes avant le début prévu du spectacle. Les choristes ont préparé quelque chose qui permettra aux spectateurs de véritablement entrer dans leur univers.

Un dernier concert pour Suzanne

Pour Suzanne Lainesse, il s’agira du dernier grand spectacle qu’elle dirigera au chœur Daveluy. Elle a annoncé qu’elle quittait son poste après ce spectacle d’envergure, après 15 ans à la tête de la chorale. Ce spectacle revêt donc un cachet particulier pour elle. «Le défi d’Humanitude aura été de placer les 70 choristes sur scène, de manière agréable pour eux et pour les spectateurs, tout en brisant la disposition habituelle», fait-elle savoir.

Le spectacle sera aussi une occasion pour elle de remercier le public des 15 dernières années. «Ce sera peut-être plus émotif pour moi», croit-elle. Peu importe, elle ressort de cette expérience enrichie, autant professionnellement qu’humainement. La vente des billets va bien, il ne faut donc pas hésiter à s’en procurer assez rapidement pour assister à ce grand spectacle du chœur Daveluy.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des