Le bénévolat n’a pas d’âge

Photo de Claude Thibodeau
Par Claude Thibodeau
Le bénévolat n’a pas d’âge
Présents au lancement de la Semaine de l'action bénévole : le maire André Bellavance, Alexandra Houle (représentante du député Sébastien Schneeberger), Sonya Hubert et Diane Fréchette, respectivement directrice et présidente du Carrefour d'entraide bénévole des Bois-Francs, le préfet de la MRC d'Arthabaska, Alain St-Pierre, et Alexandre Mailhot et Pierre-Luc Turgeon, représentant respectivement les députés Alain Rayes et Eric Lefebvre. (Photo : lanouvelle.net)

Élève de cinquième secondaire au Programme d’éducation internationale, Marika Limoges incarne la relève dans le bénévolat, démontre par l’exemple qu’il n’y a pas d’âge pour se dévouer dans sa communauté.

L’adolescente, dans une vidéo, a témoigné de son expérience, mercredi après-midi, à l’occasion du lancement, à Victoriaville, de la Semaine nationale de l’action bénévole qui se déroulera du 7 au 13 avril.

Marika, depuis sa tendre enfance, aimait aider ses parents et son entourage. «Avec le temps, dit-elle, j’ai découvert que l’entraide constitue une forme de bénévolat.»

C’est donc ce sujet qu’elle a choisi comme projet personnel dans son programme d’études. «Il fallait choisir un projet qu’on aime et un but. Mon but consistait à donner envie aux jeunes de faire du bénévolat», souligne-t-elle. Et si elle a ciblé les jeunes, c’est parce qu’ils représentent l’avenir.

Marika Limoges a donné de son temps, entre autres, en participant à la popote roulante, en promenant des chiens à la SPCA, en assistant des enfants à l’aide aux devoirs et en effectuant des visites amicales dans un centre d’hébergement et de soins longue durée.

Pour la jeune fille, le bénévolat apporte beaucoup. «C’est très gratifiant. Tu vois l’effet de tes actions sur la personne. J’aime voir le sourire des gens, leur reconnaissance. Ça leur fait tellement de bien, témoigne-t-elle. Le bénévolat me rend fière. J’ai l’impression de donner du temps pour une bonne chose.»

Marika considère important de sensibiliser tôt les jeunes au bénévolat pour que cela devienne «comme une routine» lorsqu’ils seront parvenus à l’âge adulte. «Aux jeunes qui hésitent, je leur dis «go». Le bénévolat procure tellement d’effets positifs sur la société et sur soi-même. De plus, il y a moyen de trouver des activités qui rejoignent nos valeurs,  nos intérêts, nos passions. L’action bénévole procure un sentiment de fierté, d’avoir été utile et contribue à une meilleure confiance en soi. Il n’y a rien de négatif. Il n’y a pas de perte de temps avec le bénévolat», assure-t-elle.

Le maire de Victoriaville, André Bellavance (Photo lanouvelle.net)

«Un tel témoignage, fait valoir le maire André Bellavance, vaut bien plus que tout ce qu’on peut dire. Elle est un exemple à suivre. Nous devons en tirer une leçon.»

Le premier magistrat a aussi exposé tout le bénévolat dans la ville, toute «cette collaboration exemplaire entre la Ville et les organismes». «Il n’y a pas de confrontation. On travaille tous ensemble. Il s’agit d’une grande richesse, une collaboration inestimable», exprime-t-il.

Alain St-Pierre, préfet de la MRC d’Arthabaska et maire de Saint-Albert (Photo lanouvelle.net)

Pour sa part, le préfet de la MRC d’Arthabaska et maire de Saint-Albert, Alain St-Pierre qualifie les bénévoles de «gens de cœur». «Ce lancement de la Semaine de l’action bénévole constitue ma conférence de presse préférée. Je n’ai rien d’écrit. Je parle avec mon cœur, dit-il. Et j’invite les 22 municipalités du territoire à témoigner leur appréciation envers les bénévoles. Un petit geste fait une grande différence.»

Remercier et sensibiliser

Ainsi, le mois d’avril ramène cette Semaine de l’action bénévole, une 45e édition cette année avec comme thème «Et si on osait…bénévoler!»

«Les personnes qui osent bénévoler ont un véritable impact dans leur communauté. S’entraider et être solidaire renforcent les liens sociaux. Faire du bénévolat, c’est être en contact avec l’autre et cela demeure une excellente façon de se réaliser pleinement. Poser un geste bénévole, c’est à la fois donner et recevoir», souligne Diane Fréchette, présidente du conseil d’administration du Carrefour d’entraide bénévole des Bois-Francs.

La présidente du Carrefour d’entraide bénévole des Bois-Francs, Diane Fréchette
(Photo lanouvelle.net)

La présidente a invité la population à partager l’expérience humaine de l’engagement dans son milieu, mais aussi à reconnaître l’apport précieux qu’apportent les bénévoles à la qualité de vie des usagers. «Si vous rencontrez un bénévole, dites-lui merci», conclut-elle.

Le bénévolat entre dans une nouvelle ère

Le bénévolat vient d’entrer aussi dans l’ère du 2.0 avec le déploiement d’une plateforme www.jebenevole.ca mise en place par la Fédération des centres d’action bénévole du Québec.
Elle permettra aux organismes d’afficher leurs offres de bénévolat. Dans la MRC d’Arthabaska, le Carrefour d’entraide bénévole a la responsabilité de gérer la plateforme.

Au cours des prochaines semaines, Jade Massicotte, la responsable des bénévoles, fera connaître l’outil aux organismes. «J’accompagnerai les organismes. Je leur montrerai qu’il s’agit d’un outil facile à utiliser qui apporte plus de visibilité  et qui aide au recrutement des bénévoles», explique-t-elle.

Un premier concours de dessins

Afin de rejoindre les jeunes dans sa mission de promouvoir le bénévolat, le Carrefour d’entraide bénévole a organisé, cette année un concours de dessins et de slogans à l’intention des élèves primaires de la quatrième à la sixième année.

La directrice de Carrefour, Sonya Hubert (Photo lanouvelle.net)

«Pour cette première édition, on a reçu 130 dessins et slogans de participants provenant de 8 écoles. Nous espérons que le concours puisse avoir donné envie à des jeunes de s’impliquer bénévolement dans leur communauté», précise la directrice de Carrefour, Sonya Hubert, qui en a profité pour dévoiler les lauréats.

Yan Faubert, un élève de 6e année de Kingsey Falls a remporté le 1er prix d’une valeur de 100 $. Le second prix de 75 $ a été attribué à Aleah Dumas, également un élève de 6e année de l’école Cascatelle de Kingsey Falls. De son côté,  Jasmine Brassard, 5e année de l’école Notre-Dame-de-l’Assomption de Daveluyville, a mérité le troisième prix de 50 $.

Le jury a aussi accordé une mention coup de cœur à une élève  de 6e année, Halima Habjia de Kingsey Falls.

Retour du concours Mordu du bénévolat

(Photo lanouvelle.net)

Le Carrefour d’entraide bénévole a tenu aussi, pour une 19e année, le concours Mordu du bénévolat. Les organisations avaient été invitées à soumettre un bénévole de leur milieu.

Pas moins de 1260 candidatures ont été reçues en vue d’un tirage de plus de 700 $ en prix. Cinq finalistes ont été tirés au hasard, mercredi. Il s’agit de Ghislaine Perreault de Chesterville et de quatre aux personnes de Victoriaville,  Gisèle Cadotte,  Jacqueline Rainville, Pierre Lambert et Johanne Villeneuve.

Le nom de la personne gagnante sera dévoilé en direct le 11 avril à 7 h 40 sur les ondes de Plaisir 101,9.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des