USNR investit plus de 4 millions $ dans son parc technologique

Photo de Carol Isabel
Par Carol Isabel
USNR investit plus de 4 millions $ dans son parc technologique
USNR Plessisville investit de sa poche plus de 4 millions $ dans de nouveaux équipements à la fine pointe de la technologie. Sur la photo, Luc Berthold (député de Mégantic-L'Érable), Mario Fortin (maire de la Ville de Plessisville), Yannick Gagnon (directeur d'usine), Terry Evans (directeur technique), Éric Brousseau (vice-président) et Stéphanie Allard (attachée politique du député d'Arthabaska, Éric Lefebvre). (Photo : Les Maximes)

Spécialisée dans la fabrication d’équipements industriels pour la transformation du bois, l’entreprise de Plessisville USNR annonce un investissement de 4 millions $ qui comprend l’ajout d’un tour vertical multitâche cinq axes ainsi que d’appareils de mesurage d’outils et d’inspection.

«Grâce à cet investissement, USNR Plessisville devient un des joueurs les mieux positionnés auprès de l’industrie de la transformation du bois», a mentionné son vice-président, Éric Brousseau, lors d’une conférence de presse tenue en présence de plusieurs invités, dont le maire de la Ville de Plessisville, Mario Fortin, et le député de Mégantic-L’Érable, Luc Berthold.

«Nous pouvons ainsi continuer d’envisager l’avenir avec confiance et bien prendre en charge la hausse de la demande de nos produits à l’échelle internationale», a-t-il ajouté.

À la fine pointe

L’envergure du nouveau système est une rareté au Canada. C’est qu’en plus d’être combinée à un système de palettisation entièrement automatisé, la nouvelle acquisition d’USNR a la capacité d’usiner sur cinq axes en continu des pièces de 2,3 mètres de diamètre et de 7500 kilogrammes.

Ce système d’usinage permettra aux machinistes d’USNR de produire des pièces plus complexes, d’une plus grande précision et plus rapidement. De fait, les caractéristiques du système d’usinage lui permettent de fabriquer une pièce en moyenne trois fois plus rapidement qu’avec les équipements auparavant utilisés. L’œuvre est une conception de trois géants mondiaux en machinerie d’usinage, soit Fastems, Okuma et Zoller.

En plus du système d’usinage, USNR a également acquis une nouvelle machine à mesurer tridimensionnelle cinq axes, aussi appelée CMM pour Coordinate Measuring Machine. Ce système automatisé de Mitutoyo permettra au fabricant de mesurer les pièces les plus complexes avec un niveau de précision inégalé. «Cet équipement nous donnera la possibilité de rehausser l’efficacité de nos contrôles de qualité et de maintenir notre longueur d’avance sur le marché», a précisé M. Brousseau.

Création d’emplois

Celui-ci confie du même souffle que la confiance que le siège social d’USNR, situé à Woodland dans l’État de Washington, accorde à l’usine de Plessisville est une grande fierté pour toute l’équipe. «C’est grâce à la qualité de notre travail et aux résultats remarquables de notre plan d’amélioration continue que nous avons pu obtenir ces investissements chez nous et, ainsi, créer de nouveaux emplois de qualité», d’ajouter le vice-président.

Ces acquisitions engendreront en effet la création d’emplois spécialisés, notamment en génie mécanique. De plus, bien que plusieurs dizaines d’emplois aient été pourvues depuis le lancement de la campagne «grossejob.com», il y a présentement une trentaine de postes de soudeurs, machinistes et d’électromécaniciens à pourvoir afin de prendre en charge la hausse des commandes qui ont doublé entre 2017 et 2018.

Le chiffre d’affaires à l’usine de Plessisville atteint les 50 millions $. USNR possède d’autres installations au Canada, aux États-Unis et en Suède et sert des clients partout sur la planète.

Confiance dans le milieu

C’est en 2001 qu’USNR a fait l’acquisition de la Forano, une entreprise qui avait une longue histoire de fabrication industrielle dans la région, les activités de la fonderie ayant débuté en 1873 pour évoluer vers la fabrication d’équipements pour la transformation du bois au début des années 1900. «Cette acquisition a été un tournant dans notre histoire, entre autres, parce que l’entreprise est devenue membre d’une grande organisation qui est un leader sur le plan international», a expliqué M. Brousseau.

Le maire de la Ville de Plessisville, Mario Fortin, s’est réjoui de cet investissement majeur. «C’est un événement qui marque la confiance d’une entreprise de renom dans notre municipalité. USNR nous envoie aujourd’hui un message qu’elle fait confiance à sa municipalité, aux gens qui travaillent ici et au potentiel économique de la Ville de Plessisville en plus de faire rayonner notre nom à l’international.»

Le député de Mégantic-L’Érable, Luc Berthold, a félicité l’équipe en place d’avoir permis à l’entreprise de faire ses preuves et de convaincre ses propriétaires américains d’investir dans leur usine de Plessisville. «Quand une compagnie internationale choisit d’investir son propre argent dans un tel projet, cela démontre une grande confiance.»

M. Berthold a souligné que l’entreprise cherchait aussi à combler une trentaine de postes. «C’est là le défi de nos régions actuellement. Nous avons la chance unique de compter sur une entreprise en santé qui investit chez nous et qui est prête à offrir à nos gens un bel avenir. Une bonne job, une belle place pour vivre et avoir du plaisir, nous avons tout ça à Plessisville», a-t-il conclu en invitant les gens à consulter le site «grossejob.com» et à faire parvenir leur curriculum vitae.

Partager cet article

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Ian Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Ian
Invité
Ian

Seulement dommage que les SYNDICTS régionaleregionàe plafonnent les masses salariales et empêchent les talents de s implantés dans la région … tous à la recherche de perles … de talents … ! Quand 45 minutes de la région , le même travail vaut 5$ / hr de plus .. problème que certains députés voir gouvernement devraient sérieusement analyser ! Certines compagnies doivent se plier à importer des travailleurs étrangers pour combler ce besoin qui est juste freiné par ce système ..!