Vicky Côté pleure la fermeture du Caméléon

Photo de Claude Thibodeau
Par Claude Thibodeau
Vicky Côté pleure la fermeture du  Caméléon
Le Caméléon, tel qu'il est aujourd'hui, fermera sous peu. (Photo : www.lanouvelle.net - Archives)

Avec grande tristesse, Vicky Côté tourne la page d’un grand chapitre de sa vie. Une aventure de près de 20 ans prend fin avec la fermeture prochaine du Pub Caméléon tel qu’on le connaît aujourd’hui.

Le restaurant District C fermera le 3 mars, suivi du bar six jours plus tard, le 9 mars.

L’âme, «le cœur» du Caméléon, Vicky Côté, qui a vendu la majorité de ses parts à son ami Sam Carbonneau il y a près de deux ans, a accepté de se confier en toute franchise, à livrer ses états d’âme avec beaucoup d’émotions.

D’entrée de jeu, la femme d’affaires pointe les travaux de réfection du centre-ville comme point de départ des déboires de l’établissement. «Avant, ça allait quand même bien, même si ce n’était pas toujours facile. Mais avec les travaux, c’est là que tout a chaviré», dit-elle dans un entretien téléphonique.

Vicky Côté déplore la façon dont le chantier a été orchestré. «Ils ont fait un immense trou devant chez nous pendant des mois. Ça nous a tués», note-t-elle, sans compter un «loader» placé devant le commerce ainsi qu’une toilette chimique devant le restaurant.

Vicky Côté

«Le soir, ils rangeaient leurs trucs directement devant chez nous. Et puis, il y a aussi le stationnement arrière qui était bloqué par des véhicules», ajoute-t-elle tout en faisant remarquer la longue durée du chantier. «Ç’a commencé chez nous en mai pour prendre fin en octobre. Devant le Carré 150, ils ont fait la rue en trois semaines», rappelle-t-elle.

Vicky Côté n’a pas digéré, par ailleurs, les propos du maire André Bellavance à la suite des travaux. «Il a soutenu qu’il n’y avait pas de lien direct entre les travaux et une baisse chez les commerçants. En tout cas, il ne calcule pas de la même manière que moi», fait-elle valoir.

«Des trous, de la poussière, du bruit à longueur de journée, il n’y avait pas de plaisir à y avoir chez nous. Il n’a pas été facile de passer à travers ce moment, souligne-t-elle. À partir de là, nous avons connu toute une descente. Nous avons enregistré une année financière catastrophique.»

Pour elle, il s’agit là en quelque sorte du début de la fin. Des clients ont déserté l’établissement et n’y sont jamais revenus, créant vraisemblablement une nouvelle habitude ailleurs, pense Vicky Côté.

Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir tout tenté. «On a voulu profiter du moment pour revamper le Caméléon en investissant 50 000 $ dans des rénovations et en proposant un nouveau menu», fait-elle remarquer.

«Je me suis mise au monde»

Le Caméléon ne connaît pas le dénouement souhaité, reste que l’aventure, débutée en août 1999, constitue un grand pan de la vie de Vicky Côté. «Je me suis mise un peu au monde avec ça», dit-elle, en larmes, ajoutant qu’elle a eu la chance de connaître plusieurs gens d’affaires et le privilège d’obtenir un grand respect de leur part. «Ils ont constaté que j’ai travaillé fort. J’ai tellement aimé ça, tellement aimé mon métier», confie-t-elle, très émue.

Les 15 premières années d’existence du Caméléon, Vicky n’a jamais compté ses heures. «Il n’y a pas une journée où ça ne me tentait pas. J’ai toujours aimé ce que je faisais. Cela m’a apporté de la reconnaissance, j’ai connu tellement de monde, j’ai rencontré plein de gens intéressants», souligne celle qui a mérité certains honneurs, comme ceux de la jeune entrepreneure de l’année et, en 2015, de la personnalité du monde des affaires.

Vicky Côté n’oubliera jamais certaines paroles, certains mots de gens d’affaires qui demeureront gravés dans son cœur. Comme ceux d’un homme d’affaires qui lui faisait savoir qu’elle était l’une des personnes les plus intègres qu’il lui a été donné de rencontrer.

La difficile décision de fermer s’explique aussi par la difficulté de recruter de la main-d’œuvre. «C’est très difficile et ça l’est d’autant lorsque la stabilité est moindre», observe-t-elle.

Le Caméléon va fermer pour embrasser éventuellement une nouvelle vocation. «Il est trop tôt pour en parler. J’ai des pourparlers, mais tout n’est pas finalisé», confie Vicky Côté.

Chose certaine, elle n’en fera pas partie. «J’ai donné tout ce que j’avais à donner. Je ne me sens plus dans le coup. Ce feu, cette ardeur ne m’anime plus, exprime-t-elle. Je n’ai plus cette volonté à vouloir me réinvestir corps et âme.

À la tête d’une compagnie de gestion, Vicky Côté, malgré la tristesse, dit partir la tête haute. «Ça m’a tellement apporté. C’est un grand deuil, mais il s’agit d’une décision d’affaires. Mais tous les employés sont payés, tout comme les fournisseurs. La seule personne qui perd de l’argent, c’est moi», conclut-elle.

Partager cet article

13
Poster un Commentaire

avatar
11 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
13 Comment authors
Isabelle BeginMissmadonnejonathanMari-LySylvain Provencher Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Yvon Constant
Invité
Yvon Constant

Il y a des insuccès dans la vie qui peuvent finalement s’avérer des succès sur d’autres plans madame Vicky, je trouve ce qui vous arrive triste quand-même et je compatis avec vous.

alain gregoire
Invité
alain gregoire

C dure la restauration met quel beau métier .Vicky en rien ne te sent coupable tu est une femme merveilleuse courageuse fonceuse et surtout intègre .
Alors la vie va te guider et te soutenir dans tes nouveaux défis .

Sophie Harvey
Invité
Sophie Harvey

Soyez fière de ce que vous avez accompli.

Louise Bérubé
Invité
Louise Bérubé

J ai assisté aux tous premiers balbutiements du Cameleon et je peux dire que c est pas faute d efforts et de volonté qu aujours hui ,une bien triste page se tourne ….Vicky ,je n ai que des éloges a te faire pour toute l ardeur que tu y as mis ….Que la vie future soit belle et bonne avec toi …Lou * Xx

46 sur 50
Invité
46 sur 50

Ça ne me surprend pas du tout,quand je regarde ce centre ville qui meurt à petit feu et que je vois un nombre immense de commerce vide on peut se poser des questions ,alors quand on a refait ce centre ville on pensait que la clientèle allait déborder dans ce centre ville ,mais la beauté de tout ce changement n’apporte rien à manger que voulez vous,aujourdhui même les centres d’achat on de la misère ,une autre chose qui a paru sur le journal de Montréal ,après un sondage pour savoir quelles sont les municipalités où ils fait bon vivre ,sur… Read more »

Jimmy Leblond
Invité
Jimmy Leblond

C’est comme en 1986… Mon père a ce moment propriétaire du « dépanneur du rond point » a mangé ses bas quand il ont refait les égouts de la « main » rue Notre-Dame …victo fait tout pour « planter » les commerçants!!!

S.d.
Invité
S.d.

Il y a beaucoup de local vides au centre-ville , une des causes est peut-être les nouveaux horodateurs qui en rebutent plusieurs surtout les personnes âgées , de plus on ne sait trop où sont les cases de stationnement. J’ai remarqué aussi qu’il y a toujours les mêmes véhicules avec plaques vertes qui y sont stationnés toutes la journée car c’est gratuit pour eux ( peut être des employés ou commerçants du centre-ville ) Le centre-ville manque de vie et d’animation si je compare avec la rue des forges à trois-rivieres où il y a bars , restaurants , terrasses… Read more »

jonathan
Invité
jonathan

la ville va certainement te répondre que c’est rendu beau et accueillant … si je mesure mon compte de taxe,la complexité du stationnement, le non respect des petits commerçants (aucune mesure pour contré l’arrivé de toute les multinational qui sont a situé très loin du centre-ville) et tout le monde qui pense que la restauration c’est payant qui achète des bannières de grande chaine et vienne détruire ce que les petit ont bâtis ( la ville pense seulement $$$$ , développement et nous fait miroiter les nouveaux emplois ….. sans calculer tous les emplois qui vont être perdu )

Victo en train de mourir.
Invité
Victo en train de mourir.

Les tim ferme a 10h, le mcdonald qui ferme ausis tres tot, voir meme la commande a l’auto.
BK ferme tres tot aussi, cest mort a victo, il y a rien le soir, des infrastucture mal faite, qui cause des embouteillage donc la plus part des »bretelles sédé le passage » ont été enlever. des bancs du centre-ville face au mur ou face au vitrines de boutiques et j’en passe.. Sommes, victo n’est plus ce qu’il était il a 10-15ans…

Isabelle Begin
Invité
Isabelle Begin

Jetait triste avoir parti de victo. Je trouvait que sa seconstruisait. Terriblement. Alors. !!!!

Sylvain Provencher
Invité
Sylvain Provencher

Félicitation du travail accompli. Bonne chance pour tes prochains projets.

Mari-Ly
Invité
Mari-Ly

Présentement propriétaire au centre-ville, je peux vous dire que les affaires allaient bien avant qu’il ne rénove la rue, malgré cela nous avons persévéré, mais lors de la pose des horodateurs, nous avons eu une autre immense baisse d’achalandage et de ventes qui ne font que descendre mois par mois. Notre commerce est en ligne et est actif sur les réseaux sociaux. La ville ne fait rien pour facilité les stationnements et cela depuis plus de un an malgré les demandes des commerçants. Enfoui sous la paperasse et les excuses, la ville dit être à l’écoute (mais pas dans l’action).… Read more »

Missmadonne
Invité
Missmadonne

Je trouve ça injuste pour toi Vicky. Tout ça pour des réparations qui en finissaient plus effectivement. Ça été pareil dans les rues de Victo….une vraie joke. Obligé de refaire certaines structures car les camions de pompiers ne passaient pas…de toute beauté! Je ne connais pas ces ingénieurs ou les délais de réparations qui leurs sont alloués mais c’est aussi l’enfer qu’à Montréal. J’ai jamais autant sacré en parlant de ma ville. Arfff! Bonne chance pour la suite Vicky!