Transition 2050 : Plessisville parmi les leaders dans la réduction des GES

communiqué
Transition 2050 : Plessisville parmi les leaders dans la réduction des GES
En prenant part à cette nouvelle initiative du programme Transition 2050, Plessisville réaffirme son leadership en matière de réduction des émissions de carbone. (Photo : gracieuseté)

Grâce aux subventions accordées par la Fédération canadienne des municipalités (FCM) dans le cadre du programme Transition 2050, la Ville de Plessisville pousse encore plus loin son engagement dans la lutte aux changements climatiques.

En effet, Plessisville fait partie de la cohorte de six villes québécoises qui bénéficieront de l’accompagnement offert par l’organisme Vivre en ville pour intégrer formellement l’impact des GES dans leur processus décisionnel.

«En tant qu’élus et administrateurs municipaux, nous prenons en compte une multitude de facteurs quand vient le temps d’aller de l’avant ou non avec un projet», explique le maire de la Ville de Plessisville, Mario Fortin. «Au-delà des considérations économiques et sociales, les changements climatiques nous forcent à évaluer différemment les répercussions à long terme de nos actions. C’est là que l’apport de Vivre en ville entre en scène : l’organisation nous apportera la formation et le soutien requis pour qu’on puisse évaluer concrètement l’impact de chaque nouveau projet en termes de production de gaz à effet de serre.»

En prenant part à cette initiative, Plessisville réaffirme son leadership en matière de réduction des émissions de carbone : rappelons qu’elle a été la première municipalité québécoise à atteindre la cinquième et dernière étape du programme Partenaires dans la protection du climat de la FCM grâce à la mise en oeuvre de plusieurs initiatives ambitieuses incluant la conversion énergétique de ses bâtiments et systèmes d’éclairage, la mise en oeuvre d’un système d’autopartage de véhicules électriques et l’implantation du programme FIME destiné à la rénovation résidentielle écoénergétique.

«On ne peut plus ignorer les effets qu’entraînent les changements climatiques sur notre développement et sur nos infrastructures. Adhérer au projet Transition 2050 avec Vivre en ville est un outil supplémentaire pour nous rendre plus résilients et proactifs à l’égard de ce phénomène.»

À propos de Transition 2050

Instauré par la FCM, le programme Transition 2050 offre des subventions d’un montant maximal de 400 000 $ qui couvrent jusqu’à 80% des coûts admissibles des projets. Outre Plessisville, les villes de Victoriaville, Nicolet, Québec, Longueuil et Candiac composent le groupe de municipalités québécoises qui se sont engagées, par l’entremise de cette initiative, à atteindre d’importantes cibles de réduction des émissions de carbone.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des