L’histoire du jazz continue de s’écrire à Victo

Photo de Charles-Antoine Gagnon
Par Charles-Antoine Gagnon
L’histoire du jazz continue de s’écrire à Victo
Quelque 3500 personnes ont participé aux activités du premier festival JPL Victo Jazz. (Photo : Martin Morissette)

Le premier festival JPL Victo Jazz, s’étant déroulé de jeudi à dimanche au Carré 150, a permis aux musiciens de bénéficier d’une belle vitrine pour promouvoir leur art. Quelque 3500 personnes ont profité de l’occasion pour participer aux activités et découvrir ce style musical.

Animateur d’une émission portant sur le jazz diffusée sur les ondes d’ICI Musique, Stanley Péan était parmi les invités de ce premier festival. Il a présenté une conférence musicale sur l’histoire du jazz, samedi après-midi. Cette histoire, elle continue de s’écrire, a-t-il dit. «Ce n’est pas une musique morte. Elle a changé, bien sûr, cette musique-là. Elle se mélange à autre chose que le swing du début. Mais elle est là depuis un siècle à Montréal et au Québec.» En ce sens, le nouveau festival de Victoriaville vient jouer un rôle important. «Ça pourrait faire débarquer des gens dans la mesure où ils apprendraient que ça se passe. Il y a une grosse activité autour du jazz. C’est une tribune de plus pour nos musiciens.»

Un deuxième festival aura lieu du 6 au 9 février 2020. (Photo Martin Morissette)

Parmi les musiciens ayant profité de cette tribune figurent ceux inscrits au volet compétition du festival. Six formations ont tenté de s’illustrer lors de leur prestation dans l’espoir de remporter les différents prix remis à la gagnante. Les membres du jury ont finalement tranché en faveur du Benjamin Deschamps Quintet. Il a obtenu une bourse de 1000 $ offerte par Yamaha Canada, une autre de 1000 $ offerte par le JPL Victo Jazz et un accompagnement personnalisé de la part de l’Agence d’artistes et de concerts Danielle Lefebvre. L’ensemble sera également diffusé lors du deuxième festival JPL Victo Jazz, du 6 au 9 février 2020. L’identité de la formation gagnante a été dévoilée avant le spectacle de clôture du festival.

De toutes les couleurs

Le frère de Jean-Pierre Lambert, dont le festival porte le nom, Michel Lambert, dit s’être senti privilégié de faire partie du spectacle de clôture. Pour lui, les trois jours de festivités ont su rendre justice au jazz. «Tout le monde a sa propre idée du jazz, mais le jazz, ça peut être très large et je pense que le festival a vraiment donné une perspective de tout ce que ça peut être. Toutes les couleurs différentes du jazz ont été présentes dans le festival.» Un tel événement permet de mettre en valeur le jazz, estime-t-il. «Le jazz est en évolution, dans le sens qu’il y a beaucoup d’excellents musiciens. Mais on ne peut pas juste jouer pour nous. Il faut aller chercher le public. Donc il faut être en mesure de se promouvoir.»

Plus de 130 musiciens du Québec et d’Europe ont participé au premier JPL Victo Jazz. Pierre Verville a agi comme porte-parole. Les membres du comité organisateur prépareront la programmation du festival de l’an prochain au cours des prochaines semaines. L’événement se tiendra alors sur quatre jours, soit du jeudi 6 au dimanche 9 février 2020.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des