Le Comité Environnemental de l’Érable voit le jour

Photo de Charles-Antoine Gagnon
Par Charles-Antoine Gagnon
Le Comité Environnemental de l’Érable voit le jour
La boite à sacs représente l’un des principaux projets du Comité Environnemental de l’Érable. (Photo : www.lanouvelle.net)

Le lancement du Comité Environnemental de l’Érable a eu lieu samedi soir au Carrefour de l’Érable. Ses membres souhaitent influencer positivement les citoyens, marchands et décideurs du territoire de la MRC de L’Érable à poser des gestes pour mieux protéger l’environnement.

Plusieurs personnes intéressées à s’engager dans le mouvement ou tout simplement à découvrir ce nouvel organisme à but non lucratif étaient réunies pour l’occasion. Après la prise de parole de ses deux-coprésidentes, Sabrina Viger et Mélanie Boulanger, du maire de Plessisville, Mario Fortin, et de Philippe Tremblay du Club Lions de Plessisville, le documentaire «La Terre vue du cœur» d’Hubert Reeves leur a été présenté.

La diffusion de documentaires portant sur l’environnement fait d’ailleurs partie des projets du comité, ayant commencé à se former l’automne dernier, afin de favoriser l’adoption de saines habitudes environnementales. En proposant différentes activités, ses membres souhaitent voir diminuer les GES et la production de déchets, en commençant par le territoire de la MRC de L’Érable. Pour son démarrage, l’organisme est parrainé par le Club Lions de Plessisville.

De gauche à droite : le maire de Plessisville, Mario Fortin, les co-présidentes du Comité Environnemental de l’Érable, Sabrina Viger et Mélanie Boulanger, ainsi que Philippe Tremblay du Club Lions de Plessisville.

«On essayait de faire le plus possible de changements à la maison et on trouvait qu’on n’était plus capables d’en faire assez. Beaucoup de gens posaient des questions. On sentait qu’ils avaient l’intérêt, mais il n’y avait pas de mouvement qui se faisait», explique Mme Viger.

«Il y a une belle ouverture au niveau de la Ville de Plessisville et de la MRC de L’Érable, ajoute Mme Boulanger. Les gens en entendent déjà parler dans notre secteur. Tout le monde autour de nous est vraiment enclin à embarquer dans nos projets. Les gens sont super motivés.»

Le logo de l’organisme a été conçu par le graphiste Jean-François Roy.

Des idées mises de l’avant

Avant la soirée de lancement, une quinzaine de personnes s’étaient déjà engagées dans l’organisation d’activités pour tenter de faire une différence. Les membres du comité souhaitent défendre leur environnement contre les pratiques nuisibles. Déjà, plusieurs idées ont été développées et sont en voie de se réaliser.

Parmi elles, «Les soirées Documenterre» devraient avoir lieu à quatre occasions dans l’année. Certaines personnes sensibilisent les marchands locaux pour diminuer les articles jetables et leur font la promotion d’initiatives plus vertes. Par exemple, un éventuel partenariat avec le supermarché IGA Extra de Plessisville pourrait permettre la mise en place de boites de sacs réutilisables. Selon le principe de partage, il serait possible de prendre des sacs et d’en déposer.

Trouver une alternative au Publisac version papier et organiser une activité familiale à l’occasion du Jour de la Terre font également partie des projets sur lesquels travaille le comité.

Présent lors du lancement, le maire de Plessisville Mario Fortin a manifesté son appui aux membres du comité. Il a adressé quelques mots aux gens réunis dans la salle, parlant notamment de l’importance pour la Ville de poser des gestes concrets pour mieux protéger l’environnement.

Sur Facebook

Les coprésidentes du comité invitent les personnes intéressées à en apprendre davantage à propos de leurs activités à consulter leur page Facebook. Des astuces pour réduire son empreinte écologique à l’échelle individuelle y sont aussi partagées.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des