Les dix phénomènes météorologiques les plus marquants au Canada en 2018

Communiqué
Les dix phénomènes météorologiques les plus marquants au Canada en 2018
(Photo : depositphotos)

Environnement et Changement climatique Canada a publié la 23e édition des dix phénomènes météorologiques les plus marquants au Canada en 2018 qui répertorie les dix phénomènes météorologiques extrêmes qui se sont produits dans tout le pays en 2018.

L’année 2018 a été marquée par des phénomènes météorologiques extrêmes qui ont eu de graves répercussions et ont causé des dommages coûteux partout au Canada. Avec des températures supérieures à la normale enregistrées tout au long de l’année, des crues de rivière historiques, des variations dans les glaces marines, des incendies de forêt, des tornades, des vagues de chaleur et des coups de froid, les Canadiens ont subi les effets des changements climatiques sur le pays.

Durant les mois d’été, la santé de nombreux Canadiens a été mise à rude épreuve. La fumée causée par les incendies de forêt qui ravageaient les provinces de l’Ouest a étiré sa présence dans le ciel. En raison du grand nombre d’incendies de forêt alimentés par des températures élevées et une sécheresse, les habitants de l’Ouest canadien ont été régulièrement exposés à un air de mauvaise qualité et ont assisté à des destructions dans leurs collectivités. Les Canadiens ont également connu une période anormalement longue de temps chaud qui a entraîné des problèmes de santé pour plusieurs, en particulier dans la province de Québec, où 93 décès liés à la chaleur ont été rapportés.

Les agriculteurs des Prairies ont été aux prises avec de nombreux problèmes qui ont touché tant le bétail que les cultures. Le printemps est arrivé tard. Le gel a persisté jusqu’à la mi-mai. Puis une sécheresse s’est rapidement abattue sur la région, pour rester d’avril à août; seulement 60% des précipitations annuelles sont tombées. Les fortes chaleurs qui ont régné aux mois de juillet et d’août ont provoqué l’échaudage des cultures. Les températures en septembre n’ont laissé aucun répit avec le passage d’un front froid en provenance du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest. La pluie a laissé la place aux chutes de neige, entraînant encore une fois une dégradation de la qualité des cultures et nuisant aux efforts de récolte. Certains agriculteurs ont été contraints de vendre leur bétail de façon prématurée en raison de la hausse du prix de la nourriture du bétail.

De nombreuses collectivités au Canada ont connu des phénomènes météorologiques extrêmes et des conditions inhabituelles. Les vents violents qui ont balayé le sud-ouest de l’Ontario et la région du Grand Toronto, ainsi que les tornades qui ont frappé la région d’Ottawa-Gatineau ont provoqué la destruction de nombreuses maisons, des pannes de courant et des dégâts dont le montant pour les Canadiens, les entreprises et tous les ordres de gouvernement se chiffre en milliards de dollars. La Colombie-Britannique a été touchée par des inondations printanières d’envergure qui ont menacé les communautés dans tout le sud, en particulier celles situées le long du fleuve Fraser et des rivières Kettle et Okanagan. À Fredericton, au Nouveau-Brunswick, la rivière Saint-Jean, dont la montée des eaux est habituellement lente, a connu une crue soudaine qui a donné lieu à l’inondation la plus importante et la plus dévastatrice de la province.

En analysant tous les phénomènes météorologiques, Environnement et Changement climatique Canada rassemble un plus grand nombre de données pour aider la communauté scientifique à comprendre l’évolution de notre climat.

Les phénomènes météorologiques les plus marquants de 2018 au Canada sont classés de un à dix en fonction de certains facteurs comme les conséquences qu’ils ont eues sur le Canada et les Canadiens, l’étendue de la région touchée, les répercussions sur l’économie et leur longévité dans les manchettes.

Les dix phénomènes météorologiques les plus marquants au Canada en 2018 selon Environnement et Changement climatique Canada

Le nombre record d’incendies de forêt et d’heures sous un ciel enfumé

Le Canada touché par la vague de chaleur estivale mondiale

Un temps chaud et sec suivi de chutes de neige nuit aux récoltes des Prairies

Les vents puissants du mois de mai coûtent un milliard de dollars

Les tornades d’Ottawa-Gatineau le dernier jour de l’été

Les inondations printanières dans tout le sud de la Colombie-Britannique

La crue éclair de la rivière Saint-Jean

Le déluge du mois d’août à Toronto

Un froid record annonciateur d’un long hiver

Un mois d’avril cruel, froid et orageux

«La science est claire, les changements climatiques sont réels, et les Canadiens vivent souvent leurs impacts lors de phénomènes météorologiques violents plus fréquents et plus intenses. Les incendies de forêt, les inondations et la chaleur extrême ont un coût humain et économique pour les gens partout au pays. Grâce au dur labeur de nos climatologues et des autres scientifiques, nous pouvons mieux protéger notre santé, nos foyers et nos communautés, et créer un élan pour lutter contre les changements climatiques», a souligné Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des