Les pets de vache sont-ils plus dommageables que les hydrocarbures ?

Les pets de vache sont-ils plus dommageables que les hydrocarbures ?
(Photo : Archives)

D’entrée de jeu, un gaz à effet de serre est un gaz qui crée un effet de serre. Ça le dit! Peu importe d’où il provient et sous quelle forme il est, un gaz à effet de serre contribue au réchauffement du climat. Mieux que ça, ces gaz à effet de serre (GES)  sont essentiels à la vie sur la planète! Sans ces gaz, les écarts de température à la surface de notre Terre seraient tels que la vie que nous connaissons, ainsi que celle des temps préhistoriques n’aurait pas pu exister.

Alors où est le problème? Pourquoi en faire un cas de force majeure dans notre ère si ces gaz à effet de serre ont toujours existé et qui  en plus sont essentiels à la vie sur Terre ?

La science sait qu’au cours des différentes époques de l’évolution de la vie sur Terre, le pourcentage de CO2 et de tout autre gaz à effet de serre a considérablement fluctué. Par exemple, dans la préhistoire, le pourcentage de CO2 dans l’atmosphère était supérieur à celui de notre époque. C’est pourquoi les animaux et les plantes de cette époque étaient différents. Les végétaux terrestres et les plantes aquatiques, y compris les algues, se nourrissent de CO2 pour former leurs tissus. Comme le pourcentage de ce gaz à effet de serre était élevé, les plantes étaient gigantesques, ainsi que les animaux qui s’en nourrissaient à cette époque.

Au cours des millions d’années qui passèrent, toutes sortes de modifications géologiques transportèrent ces végétaux et ces animaux dans les profondeurs de la Terre et, par la pression, la chaleur et la privation d’oxygène, les tissus de ces anciens êtres vivants, composés en grande partie d’hydrate de carbone, se sont transformés en hydrocarbures (charbon, pétrole et gaz naturel, pour ne nommer que les plus connus).

Les gaz à effet de serre consommés par cette vie préhistorique se sont donc retrouvés stockés, prisonniers dans les entrailles de la Terre. L’atmosphère s’est donc retrouvée moins riche et GES et des conditions propices à d’autres types de vie sont apparues, dont la nôtre, l’humanité.

Tout être vivant consomme des GES et en émet tout autant. C’est un cycle perpétuel qui assure une vie constante sur la Terre. Je nomme ce phénomène le Processus de consommation circulaire (PCC) où rien ne se perd, rien ne se crée, mais tout se transforme continuellement selon les conditions présentes sur la Terre.

Alors, a-t-on raison de s’inquiéter que les vaches émettent des GES dans un contexte de réchauffement climatique? Ma réponse est NON. Il s’agit d’un détournement du problème pour ne pas s’occuper du vrai problème.  Voici pourquoi :

Il faut d’abord faire la différence entre les GES émis dans le présent de la Terre et ceux qui ont été émis dans le passé lointain de la Terre.

Tout être vivant actuellement sur la planète, à la fois, consomme et émet des GES. C’est un Processus de Consommation Circulaire (PCC) à cycle court. Par exemple, une plante capte du CO2 pour former ses tissus, qu’elle transforme en hydrate de carbone (sucres) et rejette dans l’air de l’Oxygène. La vache, ou tout autre animal, y compris l’humain, mange ces plantes et respire l’oxygène pour former ses tissus et rejette dans l’air du CO2 et du CH4 (méthane). Est-ce qu’elle contribue au réchauffement climatique, non, parce qu’elle ne peut émettre plus de GES que la quantité qu’elle a absorbé dans sa nourriture, en mangeant les plantes qui avaient absorbé ces GES.  L’équilibre est présent et la vie telle qu’on la connait peut se perpétrer, car l’émission et la consommation de GES sont équilibrées.

Il est donc absurde, voir malhonnête de faire croire à la population que les vaches sont responsables du réchauffement du climat pour la simple et bonne raison qu’elles existent, mangent et respirent, comme tout autre être vivant y compris l’humain.

Le problème du réchauffement climatique accéléré vient du fait que l’humain, non pas qu’il respire, mange et émet des GES par sa respiration, mais du fait qu’il extrait des hydrocarbures du passé de la Terre en remettant en circulation tous ces gaz à effet de serre qui étaient stockés depuis des millions d’années et n’influençaient donc pas le climat. Ces GES du passé de la Terre s’ajoutent donc à ceux présents dans les cycles courts de notre ère actuelle, nous ramenant à une atmosphère préhistorique, donc dans des conditions où l’humain n’existait pas.

Voilà pourquoi il est indispensable de cesser la consommation des hydrocarbures du passé de la Terre et de laisser les vaches péter en paix.

Serge Fortier

Sainte-Marie-de-Blandford

Partager cet article

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Jay Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Jay
Invité
Jay

Bonjour, C’est une très bonne idée de vouloir se baser sur des faits scientifiques dans ces débats qui touchent un nerf sensible dans la population, car la question des vaches revient d’un question sur nos choix et sur notre nourriture. J’ai quelques précisions que j’aimerais apporter à ce sujet. Les cycles de photosynthèse et de respiration cellulaire sont complémentaires, comme vous dites. Cependant, on néglige souvent de prendre en compte les relations trophiques qui détermine la chaine alimentaire dans tout écosystème. Les plantes sont des producteurs de biomasse, et des animaux sont des consommateurs. Il en faut beaucoup de plantes… Read more »