Immersion artistique au Carré 150

Par charlesantoinegagnon
Immersion artistique au Carré 150
Les enfants inscrits au camp de jour «Les Petits explorateurs» durant la semaine de relâche ont conçu le décor utilisé pour leur spectacle. (Photo : www.lanouvelle.net)

Des enfants de 8 à 12 ans ont vu les différentes étapes de la création d’un spectacle multidisciplinaire durant la semaine de relâche. Inscrits au camp de jour «Les Petits explorateurs», ils ont conclu cette expérience vendredi soir en présentant le conte «La forêt urbaine» devant leur famille au cabaret Guy-Aubert du Carré 150.

Au cours de ces cinq journées d’immersion artistique, les 24 participants ont pris part à des ateliers offerts par le Carré 150, le Théâtre Parminou et l’école de danse l’Entre-Choc. Les jeunes ont ensuite pu décider de quelle manière ils voulaient prendre part au spectacle. Ils avaient le choix entre animer, raconter, interpréter ou se joindre à l’équipe technique.

«Les activités sont diverses. Ça nous permet d’apprendre comment bien jouer notre rôle. On avait aussi le choix de ce qu’on voulait faire dans la pièce», résume Ophélie Labrie, pour qui il s’agissait d’une deuxième expérience à ce camp.

Le groupe a pu s’inspirer de deux réalisations professionnelles, soit l’exposition «Pièces» de Jean-Sébastien Denis et le spectacle «Le bibliothécaire» de la troupe Le Gros Orteil. «Le but, c’est qu’ils s’approprient ces techniques-là pour créer leur propre spectacle», précise la responsable de la médiation culturelle au Carré 150, Marie V. Laporte.

Grand intérêt du groupe

Le spectacle présenté vendredi soir a mis en vedette le Petit Chaperon rouge et le Grand méchant loup dans un contexte moderne. Son auteure et metteuse en scène, la comédienne Josée Rivard, a rapidement remarqué l’intérêt et le sérieux de l’ensemble du groupe.

«On est là pour s’amuser. En même temps, ça demande une certaine rigueur. Il faut apprendre un texte et il y a des choses peut-être un peu moins agréables. Je veux qu’ils retiennent qu’on fait ça dans le plaisir.»

D’ailleurs, l’avis des enfants a été pris en compte à plusieurs occasions pendant la préparation du spectacle afin d’y apporter des ajustements. De cette façon, ils ont agi comme des créateurs et non pas seulement des acteurs. Un aspect du camp apprécié par plusieurs d’entre eux.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des