«Ensemble pour la paix», thème du Carême de partage 2018

«Ensemble pour la paix», thème du Carême de partage 2018
L'évêque de Nicolet, Mgr André Gazaille (Photo : www.lanouvelle.net)

Bien des gens étaient réunis, jeudi, au Café Farnienté de Victoriaville pour le lancement de la campagne du Carême de partage de Développement et Paix. L’évêque Mgr André Gazaille, de nombreux membres bénévoles et l’artiste engagée, l’auteure-compositrice-interprète Geneviève Labbé, ont participé à ce lancement animé par une présentation vidéo, une prestation musicale et des allocutions.

Avec un objectif de 110 000 $, la campagne 2018 a pour thème «Ensemble pour la paix». «C’est un grand bien la paix, la paix du cœur, la paix intérieure, la paix sociale et politique. Le chemin pour y parvenir, ici comme ailleurs, c’est le dialogue qui invite à cultiver la rencontre, l’écoute, le désir de bâtir des ponts là où il peut y avoir des différences», a exprimé Mgr Gazaille.

Pour l’évêque de Nicolet, ouvrir son cœur le plus large possible représente la meilleure façon de vivre le carême. «Et chaque année, Développement et Paix invite à ouvrir son cœur aux pays du sud et nous donne l’occasion de leur donner un coup de main, a fait valoir Mgr Gazaille. L’organisme et ses partenaires essaient de favoriser la paix, la justice, le développement, et ils le font souvent dans des circonstances difficiles, confrontés à la violence, à la guerre. Il est important de soutenir leurs efforts à créer des liens, à rapprocher les gens pour en arriver à plus de justice, à plus de développement.»

Pour l’évêque de Nicolet, tous ces gens, ces partenaires méritent que tout soit fait pour les aider. «D’où l’importance de contribuer généreusement. L’objectif de 110 000 $ est atteignable», a-t-il indiqué. L’an dernier, Carême de partage a récolté 106 000 $.

Pour contribuer, les fidèles pourront donner dans toutes les églises lors de la quête spéciale les 17 et 18 mars à l’occasion du 5e dimanche du carême.

Les dons peuvent aussi s’effectuer en ligne à devp.org, par téléphone (1 888 234-8533), en textant PAIX au 45678 pour un don de 10 $ et par les dons mensuels avec le programme des Partagens.

Cette année, les ressources de la campagne transporteront Développement et Paix au Cambodge, au Liban, au Nigéria et au Pérou où des femmes et des hommes travaillent à construire un monde de paix et de justice.

Une collaboration artistique

L’artiste Geneviève Labbé de Victoriaville a accepté, cette année, de s’associer à la campagne «Ensemble pour la paix» avec sa chanson «Notre maison du monde», une création collective dont la vidéo a été présentée lors du lancement.

Une chanson composée à partir des témoignages de personnes réfugiées, venues de différents continents et accueillies dans la communauté. «Une chanson magnifique qui aidera à la réflexion», a commenté Mgr Gazaille.

Pour Geneviève Labbé, qui souhaite que sa chanson voyage partout au Québec, le dialogue, ici comme ailleurs, favorise la paix et permet la rencontre de l’autre.

«Le développement est au cœur de ma vie et de beaucoup de mes actions», a-t-elle fait savoir aux personnes présentes avant d’interpréter quelques pièces, dont «Les temps changent» de Richard Séguin, une adaptation d’une chanson de Bob Dylan.

Développement et Paix

Présent au lancement, le président du Conseil national de Développement et Paix, Jean-Denis Lampron, a expliqué le travail qu’effectuent sur le terrain l’organisation et ses partenaires.

Il en a cité deux exemples, dont la reconstruction d’un village détruit aux Philippines, un travail qui se fait en consultation avec les habitants qu’on intègre dans le projet.

Et ce projet au Congo, un projet des plus délicats, a-t-il dit. «Un projet de plus de neuf millions de dollars, un projet pour la paix qui en est à sa troisième phase, la formation des gens à la démocratie. On leur explique ce qu’est une élection. Ce sont peut-être des choses peu visibles, mais qui ont une grande importance. Cela permet de sauver des vies», a confié M. Lampron.

L’objectif de Développement et Paix, a-t-il signalé, n’est pas que verser de l’argent. «Ce qu’on veut, c’est bâtir des choses, des gens, des communautés», a-t-il soutenu, tout en invitant la population à la générosité.

Et Jean-Denis Lampron avoue une préférence pour les Partagens. «Les dons mensuels m’intéressent. Ça signifie qu’on devient partenaire, solidaire. Cela crée un lien entre ces gens et nous. Comme chrétien, il est important de poser des gestes constructifs qui vont en avant, et des gestes récurrents. On a besoin de vous, a-t-il lancé. Ce que vous donnez constitue un levier pour Développement et Paix et permet de solliciter les gouvernements.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires