Au coeur de la réserve stratégique mondiale de sirop d’érable

Au coeur de la réserve stratégique mondiale de sirop d’érable
Le sirop livré à l'usine-entrepôt est pasteurisé sur place.

Plus de 600 producteurs ont répondu à l’invitation de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ) à l’occasion de la journée portes ouvertes de la réserve stratégique mondiale de sirop d’érable tenue vendredi à son usine-entrepôt située à Laurierville.

Tout au long de la journée, des professionnels de la fédération ont procédé à des visites guidées des installations en plus de répondre aux questions des visiteurs.

Le président de la fédération, Serge Beaulieu, s’est d’ailleurs réjoui de la participation des producteurs. «C’était d’ailleurs l’une de leurs demandes de pouvoir visiter à nouveau notre usine-entrepôt. Notre dernière portes ouvertes à Laurierville datait déjà de quelques années.»

L’usine-entrepôt est la propriété des quelque 13 500 producteurs acéricoles du Québec et sert à recevoir, à pasteuriser et à stocker des dizaines de millions de livres de sirop d’érable destinées à constituer la Réserve stratégique mondiale de sirop d’érable de la FPAQ qui regroupe également deux autres sites.

La FPAQ avait racheté et réaménagé les anciennes installations des Industries de la Rive-Sud pour une somme de 4 millions $ en 2012 et investi 2 millions $ dans un agrandissement en 2016. Pas moins de 50 millions de livres, soit la moitié de la Réserve stratégique mondiale, sont actuellement entreposées à l’usine-entrepôt de Laurierville qui compte une superficie totale de 267 000 pieds carrés et qui peut accueillir jusqu’à 165 000 barils de 45 gallons ou l’équivalent de 13 piscines olympiques.

Pour M. Beaulieu, la réserve stratégique mondiale permet d’entreposer les sirops qui assurent une stabilité des prix, tant pour les producteurs que pour les consommateurs. «Peu importe que la saison soit productive ou non, le producteur connaît déjà le prix qui sera rattaché à sa production. Il est plus facile pour lui de planifier des investissements. Pour le consommateur, cela lui assure de ne pas payer une prime qui serait rattachée à une mauvaise saison. Voilà à quoi sert le sirop de la réserve.»

L’usine-entrepôt emploie, au plus fort de ses activités, une quinzaine de travailleurs.

En 2016, les ventes de sirop d’érable se sont établies à 111 millions de livres au Québec et l’année 2017, dont le bilan sera connu en novembre, s’approche sensiblement de ce niveau record.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des