Le vignoble Les Côtes du Gavet innove

TINGWICK. Après 10 ans et demi d’existence et un investissement totalisant 700 000 $, le vignoble Les Côtes du Gavet, bien enraciné à Tingwick, innove, cette année, avec un tout nouveau pavillon et l’instauration de soupers thématiques musicaux.

Les propriétaires Carole Laverdière et Roger Dulude ont ainsi décidé de remplacer le chapiteau par un nouveau pavillon tout vitré offrant une agréable vue sur les vignes. «Un pavillon qui permet de mettre les visiteurs à l’abri en cas de mauvais temps. Mais l’idée, c’était de faire en sorte que tout en étant à l’intérieur, on ait l’impression de se trouver dehors», a expliqué Carole Laverdière.

«Être à l’abri, à la chaleur et en sécurité», a ajouté son conjoint, précisant qu’un chapiteau de toile agit comme un parachute et peut être soulevé par les vents.

Ce pavillon peut accueillir 60 personnes assises pour un repas, ou encore jusqu’à 80 personnes debout pour des activités plus informelles, comme des formules 5 à 7.

La nouvelle construction sert aussi de salle d’exposition. «On s’associe avec des artistes de la région pour qu’ils exposent leurs toiles. Pour nous, c’est une façon de décorer le pavillon et de faire connaître des artistes d’ici», a indiqué Carole Laverdière.

Des soupers thématiques

L’idée de proposer des soupers thématiques musicaux germaient dans l’esprit des propriétaires depuis un moment.

Eh bien, ces soupers deviennent réalité cette année. On donnera ainsi le coup d’envoi le 20 juin avec un souper musical aux saveurs de l’Espagne.

La Grèce y sera en vedette le 11 juillet, l’Argentine le 8 août, et enfin l’Italie quelque part en septembre.

Portes ouvertes sur les vignobles

Après y avoir participé les deux premières années, le vignoble Les Côtes du Gavet prendra part, les 13 et 14 juin, à la quatrième édition de l’activité «À la découverte des vignobles du Centre-du-Québec».

Entre 10 h et 17 h, six vignobles de Saint-Wenceslas, de Bécancour (2), de Drummondville, d’Ulverton et Les Côtes du Gavet de Tingwick ouvriront leurs portes au public pour promouvoir leurs différents produits.

Toute une évolution!

Au fil des ans, le vignoble de Carole Laverdière et de Roger Dulude a vécu une grande évolution.

S’ils ont planté leurs premières vignes en l’an 2000 après avoir acheté la propriété l’année précédente, le couple a procédé, quatre ans plus tard, à l’inauguration de son vignoble. «Depuis 2004, la qualité du vin s’est considérablement accrue grâce notamment au vieillissement des vignes, mais aussi aux compétences de notre nouvel œnologue, Matteo Meglioli. Son travail fait toute la différence, a souligné Mme Laverdière. C’est un chimiste de formation. Il analyse les vins après chaque étape, il a accès à des équipements de haute performance pour la filtration et l’embouteillage des vins. Tout cela fait en sorte que nos vins, maintenant, sont de standards internationaux.»

Avec ses 8000 vignes, le vignoble tingwickois a atteint le rythme d’une production annuelle de 10 000 bouteilles de vin (vin blanc, vin rosé, vin rouge et porto rouge). «Nous possédons l’espace pour doubler le nombre de vignes. Mais nous avons toujours eu l’objectif d’avoir entre 8000 et 10 000 vignes pour produire 10 000 bouteilles par année. Et c’est assez», a affirmé Carole Laverdière.

Et les propriétaires ont vu leurs efforts récompensés puisqu’en 2013, leur vin rouge Monsieur Dulude a mérité la médaille d’or à la Coupe des nations, tandis que leur fortifié rouge Les Pionniers a obtenu un prix Distinction à ce même concours.

Nouveaux produits et un champagne en vue

Le vignoble Les Côtes du Gavet produit aussi de nouvelles gelées de vin que les consommateurs peuvent se procurer sur place, mais aussi au marché IGA de Warwick, au Parc Marie-Victorin de Kingsey Falls, à la Fromagerie du Presbytère de Sainte-Élizabeth-de-Warwick et chez Rose Drummond.

De plus, Carole Laverdière caressait un rêve qui prendra forme : produire un champagne. «Si les vendanges sont bonnes, nous tenterons une petite cuvée d’environ 100 bouteilles», a-t-elle confirmé, tout en soulignant être fière du chemin parcouru et de l’évolution qu’a connue le vignoble.

«Oh oui, nous sommes très fiers, mais on a travaillé fort, par contre. C’est très difficile de cultiver la vigne au Québec, en raison notamment du climat incertain et des risques de gel tardif au printemps», a-t-elle fait remarquer.

Mais jusqu’ici, le vignoble Les Côtes du Gavet s’en est toujours bien tiré. «En 15 ans, a-t-elle noté, nous n’avons connu qu’une seule période de gel. Nous avons un microclimat. Étant situé à 300 pieds d’altitude, les vents dominants ont toujours bien protégé nos vignes.»

Et le vignoble s’en est tiré aussi lors du risque de gel annoncé dans la nuit du 22 au 23 mai. «On a eu peur, mais on s’en est sauvé», a confié la propriétaire.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des