Mi l’un, mi l’autre, tous uniques

Mi l’un, mi l’autre, tous uniques

ODANAK. Chantal Simard, l’artiste Nattaway et l’Institut Kiuna dévoilera au cours du vernissage les réalisations de l’artiste et des élèves, œuvres créées à partir des échanges sur le métissage en tant que réalité sociale.

C’est à Odanak, mardi 21 avril de 11 h à 14 h au collège Kiuna situé au 1205 route Marie-Victorin que vous assisterez entre autres à la présentation d’une œuvre collective magistrale. L’initiative de l’artiste propose entre autres d’amener les participants à se poser des questions en lien avec leur identité culturelle et enfin de se déposer sur ses interrogations. L’idée se prête ici pour les Premières Nations, ceci dit, la transposition de la réflexion se fait naturellement vis-à-vis tous les êtres de culture soit, l’humanité.

Pour les élèves de l’institution Kiuna, manifester leur réponse et la mettre à contribution en paroles, lors des interactions liées à la conception, et en gestes, au moment de la réalisation de l’œuvre collective, a participé à nourrir la curiosité liée à leur identité et origines. Pour certains, l’exercice aura sollicité un exutoire jusqu’ici inexploré et révélé un désir de manifester désormais leurs différences qui les rend unique.

«Durant l’activité, une personne m’a demandé: te sens-tu comme une Abénakise ou une blanche? J’ai été prise de cours, car je ne m’étais jamais posé la question», note Raphaëlle O’Bomsawin, une étudiante.

Se faire sa propre opinion tout en s’appropriant des références culturelles de différentes cultures n’est pas une mince affaire. Afin de mieux identifier le parcours emprunté, l’artiste à fait référence auprès des élèves au cycle d’apprentissage dans la vie d’un individu et superposée ses phases au concept des 4 directions proposées par les Premières Nations et les Métis.

La démarche incite les élèves à se demander comment leur développement physique, mental, intellectuel, affectif et spirituel reposant sur le socle du terreau de la langue, la culture et des relations les ont menés à devenir intrinsèquement l’être de culture qu’ils sont.

Chemin faisant, l’identité culturelle est forgée au gré des différentes cultures réunies telles les quatre directions des points cardinaux, représentés par l’œuvre collective, auxquels les Premières Nations font référence pour consolider l’harmonie et se définir en tant qu’individu unique au sein de la communauté.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des