Félix Leclerc et son oeuvre enchantée

Nous savons tous que Félix Leclerc a écrit de magnifiques chansons, dont plusieurs sont de grands classiques de la chanson québécoise. J’évoque ici, entre autres, Le P’tit bonheur, Moi, mes souliers, Attends-moi ti-gars, Bozo , Le tour de l’île, Le Roi heureux et l’Hymne au printemps. Cette dernière chanson a d’ailleurs inspiré le titre donné à l’événement que j’ai fondé en 1998, en son honneur, soit la Journée de l’Hymne au printemps qui se tient le 21 mars de chaque année. Une chanson qui lui était très chère et qu’il avait composée en 1949, alors âgé de 35 ans. En fait, un an avant ses débuts à Paris où il a chanté la première fois en spectacle le 22 décembre 1950 au Théâtre l’ABC, là où il a reçu un accueil inespéré par le public français qui l’a adopté sur-le-champ et qui en a fait, l’espace de quelques années, un monstre sacré de la chanson. Bref, depuis, Félix Leclerc aura marqué la chanson d’expression française sur la scène internationale. Mais rappelons aussi que Leclerc a connu une carrière marquante en tant qu’écrivain. Félix est confortablement installé dans nos bibliothèques.

Ces dernières années, la Journée de l’Hymne au printemps s’est donnée comme objectif, principalement, de faire connaître et partager l’oeuvre littéraire de Félix Leclerc et de la mettre en avant-plan à l’échelle du Québec. Pour ce faire l’organisation de cet événement, qui lui rend hommage depuis 18 ans maintenant, a invité les bibliothèques du Québec à présenter à la vue de leurs usagers des oeuvres du grand Félix le 21 mars de chaque année. Outre ses chansons, il nous a légué une oeuvre qui comprend des romans, des contes, des pièces de théâtre, des poèmes, des maximes, des fables, etc. Son roman Pieds nus dans l’aube publié en 1946 est une oeuvre vibrante et marquante de notre littérature. D’ailleurs, dans les années 50 et 60, des livres de Félix Leclerc étaient à l’étude dans les écoles du Québec.

Félix à l’honneur dans nos bibliothèques

Le 21 mars dernier plusieurs bibliothèques du Québec ont proposé à leurs usagers des oeuvres littéraires de Félix Leclerc lors de la Journée de l’Hymne au printemps. Une initiative qui a incité de jeunes ou de moins jeunes lecteurs à découvrir un angle nouveau du talent d’auteur de ce géant. Même les enfants y ont trouvé leur intérêt parmi ses fables et ses contes qui ont été proposés.

Le constat que je fais, ayant lu ces oeuvres littéraires souvent écrites bien avant sa carrière de chansonnier, est que les différentes facettes de son talent de romancier, de conteur ou de fabuliste ont probablement influencé sa façon d’écrire ses textes de chansons. Tellement que ces mêmes chansons sont souvent des oeuvres littéraires en elles-mêmes, misent en musique fort habilement, nous les rendant ainsi accessibles. Félix était un grand compositeur, je tiens aussi à le souligner.

Félix Leclerc n’aurait sans doute pu écrire ses grandes chansons sans le sens inné qu’il a toujours eu pour le conte, la fable et l’écriture de maximes et de pièces de théâtre. Il y a donc une grande cohérence et une grande unité dans son oeuvre entière. Sans vouloir faire de jeux de mots, j’ajouterai que cette oeuvre est enchantée.

Yvan Giguère

Fondateur de la Journée de l’Hymne au printemps

Saguenay (Québec)

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des