Des acteurs du milieu agricole se mobilisent

Des acteurs du milieu agricole se mobilisent
En planification. Éric Houle et François Cantin

VICTORIAVILLE. Depuis le mois d’octobre dernier, un projet pilote de service de main d’oeuvre de remplacement est en cours avec la participation de 34 entreprises laitières des MRC d’Arthabaska et de l’Érable. Cette activité s’inscrit dans le cadre d’une recherche menée par le Centre d’innovation sociale en agriculture (CISA) associé au Cégep de Victoriaville. Le service permet aux producteurs agricoles de s’absenter du travail ou d’obtenir de l’aide pour divers motifs prévisibles ou non tel un accident, une maladie, un décès, un congé parental, une implication professionnelle, un congé ou un surcroît de travail.

Le service de remplacement est un outil de prévention et de gestion des risques pour l’entreprise agricole, particulièrement dans le contexte actuel de rareté de la main-d’oeuvre qualifiée. Ces risques sont physiques, mais aussi psychologiques tel que démontré par des études récentes sur la détresse chez les agriculteurs.

La solidarité entre les producteurs agricoles occupe une place importante dans la formule du service de remplacement développée. Une règle de fonctionnement précise que chaque membre accepte de donner priorité aux cas d’accidents, de maladie et de décès, quitte à devoir sacrifier un remplacement déjà prévu chez lui pour un congé par exemple.

En 9 mois d’opération du projet pilote, 604 remplacements ont été effectués pour un total de 3320 heures de remplacement fournies à 32 des 34 entreprises adhérentes. La proportion des fermes ayant utilisé le service de remplacement est de 94%. Actuellement, ce sont 6 agents de remplacement, dont trois à temps partiel, qui assurent le service aux entreprises adhérentes. Ces dernières ont contribué pour un montant total de plus de 50 000 $ en frais d’adhésion et d’achats de services de remplacement pour la période se terminant le 30 juin dernier.

Notons que l’implication des productrices et producteurs agricoles dans ce projet de recherche dépasse l’engagement financier puisqu’ils s’y sont activement impliqués dès le début il y a deux ans. Éric Houle et Lise Normand, propriétaires de la Ferme Érilis de Victoriaville ont par exemple participé en début de projet à la délégation qui se rendait en Europe pour visiter différentes organisations offrant des services de remplacement. Ce séjour a permis d’inspirer la mise en oeuvre du projet pilote actuel. Ils sont toujours activement impliqués au sein d’un comité consultatif avec d’autres productrices et producteurs agricoles qui contribuent au développement du service.

En France, les services de remplacement ont été entrepris il y a plus de 30 ans. Ils sont maintenant très répandus et supportés par l’état qui a adopté une loi instituant un crédit d’impôt afin de favoriser le remplacement pour les congés des agriculteurs. Pour l’année 2010 par exemple, 582 219 jours de remplacement y ont été livrés sur l’ensemble du territoire à 40 000 producteurs agricoles. Cela représente plus de 2 000 emplois à temps plein pour des agents de remplacement.

Chez nous, le projet pilote en cours suscite beaucoup d’intérêt. Les principaux acteurs concernés se mobilisent afin de créer une structure qui permettra de poursuivre et d’améliorer le projet expérimental devant se terminer à la fin d’octobre prochain. Un comité de travail est à l’oeuvre pour mettre en place une coopérative à cet effet et solliciter des appuis dans le milieu. Il réunit des producteurs agricoles, le CISA, le Centre d’emploi agricole du Centre-du-Québec et une agente de remplacement.

Les objectifs du comité sont d’assurer la poursuite des activités du service de remplacement après la fin du projet expérimental et d’étendre l’offre de service à l’ensemble des cinq MRC du Centre-du-Québec ainsi qu’à d’autres types de productions agricoles. Le souhait est de pouvoir élargir l’effectif à 100 exploitations agricoles. Une période de recrutement de nouveaux adhérents est prévue à l’automne.

Plusieurs partenaires du milieu se sont associés à ce projet de recherche appliquée en innovation sociale pour en permettre la réalisation : le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science (MESRS), Groupe Promutuel, Promutuel Bois-Francs, le Centre d’Emploi agricole du Centre-du-Québec, La Coop des Bois-Francs et La Coop des Appalaches.

Si vous désirez de plus amples informations, veuillez communiquer avec Michel Gendreau, chargé de projet pour le CISA au 819-460-0565.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires