Une façon, pour Sam, de garder Guillaume sur terre

Par heleneruel
Une façon, pour Sam, de garder Guillaume sur terre
De gauche à droite

VICTORIAVILLE. L’auteur-compositeur-interprète William Deslauriers s’est vite enthousiasmé pour la cause de la Fondation Le Pont vers l’autonomie qu’a créée Samuel Fleurent Beauchemin afin de soutenir les personnes atteintes d’une maladie neuromusculaire dégénérative. «Sam m’a parlé de son frère (Guillaume), de son émotivité, de sa passion», a raconté William. Au bout de cinq minutes d’entretien, il se ralliait à sa cause.

Ainsi l’artiste maintenant résident de Victoriaville en compagnie du beauceron Philippe Lauzon, un des participants à l’émission La Voix, seront les porte-parole et vedettes d’un spectacle-bénéfice le 10 octobre au Complexe Sacré-Cœur.

William dit qu’il s’agira d’un spectacle acoustique, haut en couleur et fort en son pour diffuser de l’amour et amasser de l’argent pour la Fondation. Parlant de Sam, il a dit qu’il était animé par la vie… pas par la survie, qu’il voulait vraiment aider, pas seulement faire une petite différence.

Lui-même atteint de dystrophie musculaire, Philippe Lauzon a dit que cette cause lui allait droit au cœur, sachant que pour les gens atteints d’une telle maladie dégénérative, il était difficile d’accepter de perdre, jour après jour, le contrôle de soi.

150 000 $ à amasser

Le spectacle-bénéfice du 10 octobre constitue une des activités de cette nouvelle Fondation qu’a créée, il y a bientôt un an, Samuel, le jeune frère de Guillaume, décédé en février dernier.

En un an, la Fondation a amassé 78 000 $. Cet argent a, entre autres, servi à acquérir deux bras robotisés d’assistance.

Lors du spectacle-bénéfice, on remettra d’ailleurs «au suivant» le bras robotisé d’assistance que la Fondation avait pu procurer à Guillaume.

Ce geste comme l’existence même de la Fondation constituent une façon pour Samuel de garder sur terre Guillaume, son frère, son meilleur ami, son inspiration, a-t-il dit. Guillaume aurait 25 ans aujourd’hui, Samuel en aura 24 à la fin de juillet.

Les 150 000 $ que la Fondation vise amasser au cours de la prochaine année serviront à acheter deux autres bras robotisés d’assistance (38 000 $ chacun). L’organisme de bienfaisance les loue gratuitement à plus ou moins long terme à des personnes souffrant de maladies neuromusculaires. Ces équipements permettent à des gens «prisonniers de leur corps» d’accomplir des gestes aussi simples que se gratter, manger leur collation, récupérer un objet tombé, a raconté Samuel.

Plus encore, la Fondation peut aussi offrir la location gratuite d’un véhicule adapté. Et elle fournit des services d’assistance à domicile, massothérapie, physiothérapie, par exemple.

Si, au départ, la Fondation Le Pont vers l’autonomie se vouait au service des gens de la Mauricie et du Centre-du-Québec, elle peut aussi s’ouvrir à des gens de l’extérieur, son président et directeur général disant qu’elle peut soutenir des campagnes de financement afin de procurer équipements et services. L’organisme victoriavillois serait le seul au Canada à offrir la location d’un bras d’assistance.

Au www.fondationpva.com on trouvera les informations sur la Fondation, ses activités, ainsi que la possibilité de réserver sa place au spectacle du 10 octobre ou de s’inscrire aux autres activités de financement.

19 juillet

Lors de la Coupe du Président, la Fondation organise un lave-auto au Colisée Desjardins où l’on pourra se faire photographier en compagnie d’Antoine Bibeau, le meilleur gardien de but des Foreurs de Val-d’Or.

16 août

Copropriétaire de l’école Kdanse, Joanie Vaillancourt organise un Zumbathon entre 13 et 18 heures au Centre aquatique lac Le Mirage. On y participe en solo (100 $) ou en équipe de six (500 $). Tous les profits seront remis à la Fondation.

16 et 17 août

La classique de Dek hockey au Centre aquatique lac Le Mirage profitera aussi à la Fondation.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des