Les Tigres ajoutent un fougueux attaquant à leur alignement

Benoît Plamondon benoit.plamondon@tc.tc
Publié le 4 janvier 2017

L'attaquant Chase Harwell a fait mal aux Huskies en fin de deuxième période en redonnant une avance de deux buts à son équipe.

©TC Media/Jean-François Vachon

Au diable les saines habitudes de vie. Période des transactions oblige, le directeur général des Tigres, Kevin Cloutier, dort et mange quand il peut. Mercredi, il était 14 h lorsqu'il est enfin parvenu à avaler un morceau.

Le grand manitou des Félins venait tout juste de fignoler les derniers détails d'une transaction avec le Phoenix de Sherbrooke. Les Tigres ont cédé l'attaquant de 17 ans Simon Lefebvre ainsi qu'un choix de sixième ronde en 2017. En retour, ils ont mis la main sur le vétéran de 19 ans Chase Harwell.

Harwell, un Américain, n'est pas reconnu pour ses qualités offensives. Bon an mal an, il récolte une vingtaine de points par saison et inscrit une dizaine de buts. C'est plutôt sa fougue, son énergie et sa propension à déranger les meilleurs joueurs adverses qui attirent l'attention. «C'est un passionné. Un joueur énergique qui est droit comme une barre. Son plus grand souhait est de faire un bout de chemin en séries», a partagé Cloutier.

Harwell a accepté de lever sa clause de non-échange pour se joindre aux Tigres. L'entraîneur-chef Louis Robitaille peinait à cacher sa joie après l'annonce de cette transaction et pour cause. Le pilote des Félins aura l'occasion de diriger un joueur taillé sur mesure pour lui. «Il est bâti sur mesure pour les séries. C'est avec ce genre de joueur qu'on remporte des championnats», a-t-il lancé.

Harwell, choix de quatrième tour en 2013, a passé les trois dernières campagnes avec le Phoenix. L'ailier droit de 5'10'' et 200 livres totalise 5 buts et 4 passes en 25 matchs cette saison.

Robitaille prévoit déjà le mesurer aux meilleurs trios adverses. Il compte également lui faire voir beaucoup d'action en infériorité numérique. «Avec l'absence de Félix Lauzon (blessé), j'ai dû rouler à quatre joueurs en infériorité numérique contre les Voltigeurs. L'addition de Chase permettra de faire souffler un peu les Phelan, Goulet et Comtois, entre autres», a-t-il ajouté.

Assistant au capitaine Carl Neill à Sherbrooke, il s'avère un excellent coéquipier, insiste Robitaille. Ses adversaires ne peuvent cependant en dire autant. «Il est un petit pitbull. Il dérange les meilleurs joueurs adverses», précise l'entraîneur. Harwell a jadis eu maille à partir avec Tristan Pomerleau, notamment.

Il sera un candidat potentiel pour combler un casier de joueur de 20 ans chez les Tigres la saison prochaine. «Mais il est encore trop tôt pour penser à cela. On s'attarde au moment présent actuellement», a renchéri Kevin Cloutier.

En Simon Lefebvre, les Tigres ont cédé un hockeyeur qui a jadis été considéré comme un espoir de premier plan par l'organisation. Lefebvre avait été un choix de deuxième ronde en 2015. Kevin Cloutier se trouvait alors à l'emploi de l'Océanic de Rimouski.

Pour obtenir ce choix de deuxième tour, les Félins avaient échangé une sélection de première ronde aux Wildcats de Moncton l'année suivante. Pour diverses raisons, dont les blessures et d'autres facteurs intangibles, Lefebvre n'a pas été en mesure d'atteindre son plein potentiel. Il voyait très peu d'action avec les Tigres cette saison sous les ordres de Robitaille. Son statut n'était guère plus avantageux l'an dernier lorsque l'équipe était pilotée par Bruce Richardson. Le département de recrutement des Tigres a perdu son pari dans son cas, ni plus ni moins. «Il doit maintenant retrouver le plaisir de jouer en se sentant davantage utile et en voyant plus d'action», a commenté Robitaille.