Sept jeunes de la région s’alignent avec les Estacades

Sept jeunes de la région s’alignent avec les Estacades

Anthony Ferron devrait jouer un rôle important à la ligne bleue des Estacades de Trois-Rivières cette saison.

La grande région Bois-Francs-Érable s’avère bien représentée cette année chez les Estacades de Trois-Rivières alors que sept hockeyeurs d’ici ont décroché un poste au sein de la formation de la Ligue de hockey midget AAA du Québec. 

Nicolas Beauvilliers, Mavrik Bourque, Anthony Ferron, Tommy Luneau, Jérémy Michaud, Jérémy Pellerin et Miguël Tourigny sont les sept patineurs qui ont été retenus par l’entraîneur-chef des Estacades Frédéric Lavoie. Ce dernier a pris le temps d’expliquer au www.lanouvelle.net les raisons qui ont motivé la sélection de ceux-ci.

Recrue en attaque à Trois-Rivières, le Princevillois Nicolas Beauvilliers entreprendra sa deuxième saison au niveau midget, mais sa première dans la catégorie AAA. «Nicolas apporte une bonne prestance physique sur la patinoire. Il sait amener de l’énergie à l’équipe grâce à sa robustesse», a analysé l’entraîneur-chef des Estacades.

Plessisvillois rempli de promesses, la recrue de 15 ans Mavrik Bourque devrait attirer bien des regards cette saison. «C’est un jeune homme qui présente déjà une très belle éthique de travail. Il est très professionnel dans son approche en plus d’être très mature pour son âge. Il a beaucoup d’outils dans son coffre. C’est certain qu’une équipe de la LHJMQ va le surveiller de près. Il a été dominant dans le bantam.»

Pour ce qui est du Plessisvillois Anthony Ferron, un espoir des Tigres de Victoriaville, Lavoie s’attend à de belles choses de la part de son vétéran de deuxième année. «C’est un défenseur avec beaucoup d’outils. Il devrait contribuer offensivement et défensivement. Anthony est également fort physiquement, donc il est en mesure de jouer contre les meilleurs joueurs des équipes adverses.»

L’espoir défensif du Drakkar de Baie-Comeau Jérémy Michaud aura, quant à lui, un rôle important à jouer dans la quête de succès de son équipe. «Vétéran de deuxième année, ce défenseur devrait contribuer dans les deux sens de la patinoire. Jérémy mise sur un bon sens du jeu et il se positionne bien sur la patinoire», a fait valoir Lavoie.

Ayant joué midget espoir l’an dernier, Tommy Luneau a eu le droit à quelques rappels à Trois-Rivières en cours de saison pour prendre de l’expérience supplémentaire au niveau AAA. «C’est un beau modèle d’attaquant de puissance qui mise sur de bonnes aptitudes comme le physique, le coup de patin et le lancer. Nous avons hâte de travailler avec, car nous croyons qu’il peut devenir un bon attaquant de puissance», a soulevé le pilote des Estacades à l’égard de l’attaquant de Victoriaville.

Retranché l’an dernier avant de se joindre au Graal du Collège Clarétain, le Victoriavillois Jérémy Pellerin s’est présenté en tant qu’espoir des Tigres de Victoriaville et il n’a pas raté sa chance cette fois-ci de faire l’équipe. «Jérémy est un garçon très mature et également professionnel. C’est un bon exemple pour les Estacades. Sur la patinoire, il est un marchand de vitesse qui a amélioré son lancer. Jérémy sera fort utile à l’équipe cette saison.»

Dernier et non le moindre, le Victoriavillois de 15 ans Miguël Tourigny jouera, quant à lui, sa saison d’admissibilité au repêchage de la LHJMQ. «Miguël est un défenseur qui est très fort physiquement qui mise sur une belle énergie sur la patinoire. Dans le hockey mineur, c’était un arrière à caractère plus offensif, mais nous allons aussi lui apprendre à bien jouer défensivement. C’est un petit gars qui devrait être sur le radar des équipes de la LHJMQ en vue du prochain repêchage», a souligné l’entraîneur.

Pas encore d’objectif fixé

Finalistes de la Coupe Jimmy-Ferrari, il serait normal de voir les Estacades nourrir de grandes ambitions cette année, mais jusqu’à maintenant, aucun objectif n’a été fixé. «Notre ligue en est d’abord une de développement. Nous n’avons donc pas de cycle comme les équipes dans le junior, ce qui fait que nous y allons une année à la fois. Puisque nous ne connaissons pas encore parfaitement les autres équipes, nous attendons cinq à dix matchs avant de fixer nos objectifs de fin de saison. Cela nous permet de bien savoir où nous nous situons et d’avoir des objectifs réalistes», a expliqué avec Frédéric Lavoie.