Une initiative pour contrer la violence sexuelle dans les bars étudiants


Publié le 19 mars 2017

*

©Depositphotos.com - Nitrub

L'alliance de santé étudiante du Québec (ASEQ) tentera de convaincre 40 à 50 bars dans les environs des établissements scolaires de faire partie de la campagne «Commande un Angelot», qui permettra aux personnes qui se disent victime de violence sexuelle de demander la protection du personnel à l'aide d'un langage codé.

L'initiative a été lancée dimanche matin, à Montréal, en compagnie de la ministre de l'Éducation supérieure, Hélène David, et a déjà deux adhérents — le Resto Bar La Maisonnée à proximité de l'Université de Montréal et le Pub Universitaire de l'Université Laval.

Cette campagne prévoit la mise en place de tout un protocole chez les employés des bars pour aider les femmes et les hommes qui ne se sentiraient pas à l'aise et qui auraient besoin de leur assistance.

Le personnel des établissements sera formé par les représentants de l'ASEQ et de la campagne «Sans oui c'est non», qui travaille sur la sensibilisation à la violence sexuelle en milieu étudiant.

Ainsi, si une personne commande un «Angelot sans glace», le personnel s'assurera qu'elle sera en sécurité à l'intérieur de l'établissement et la victime choisira elle-même si elle veut y rester ou s'en aller. Si elle en demande un «avec de la glace», elle souhaite ainsi être raccompagnée à l'extérieur et dans ce cas, les employés devront s'assurer qu'elle quitte le bar en toute sécurité.

Finalement, un «Angelot avec de la lime» signifie qu'une agression aurait déjà eu lieu, ou que la personne se sent intoxiquée par l'alcool ou par la drogue du viol, et qu'elle veut que le personnel appelle la police.

Patrice Allard, vice-président, Développement et partenariats, de l'ASEQ, souligne qu'une telle initiative est importante parce que dans ces situations, la victime n'aura pas besoin de se justifier pour réclamer une protection. Dès qu'elle aura commandé son «Angelot», les employés agiront.

«Souvent quand on demande de l'aide, on doit expliquer pourquoi on demande de l'aide. Dans le cas de l'Angelot, on commande l'Angelot sans avoir à expliquer le pourquoi du comment ce qui est arrivé auparavant», a-t-il expliqué.