La Jambonnière

La Jambonnière

La Jambonnière

PUBLIREPORTAGE. Les succès économiques sont réalisés en collaboration avec Victoriaville et sa région et la Corporation économique de Victoriaville et sa région.

Depuis maintenant une douzaine d’années, La Jambonnière, située au 2, Chemin de Wotton à Saint-Rémi-de-Tingwick, est une entreprise familiale qui allie ardeur et innovation.

Lyne Groleau et Marco Couture, copropriétaires et parents de cinq filles, sont à la fois des amoureux au quotidien et des gestionnaires réfléchis qui se complètent dans cet univers porcin.

Leur entreprise se démarque en offrant des produits dont la source provient de leur propre élevage. Elle compte cent soixante truies et mille deux cents porcs à l’engrais. Le comptoir de La Jambonnière offre une diversité de produits : le porc et ses différentes coupes, les produits fumés, les terrines, tartinades et viandes tranchées ou marinées, les saucisses et saucissons ainsi que des plats cuisinés.

En affaires depuis 1992

Après avoir étudié en agriculture au cégep de Victoriaville et travaillé dans des coopératives agricoles, le duo achète la porcherie Marigro alors propriété des parents de Lyne, il y a bientôt 25 ans. Les bâtiments qui logent le cheptel porcin sont situés à l’arrière de La Jambonnière.

À partir d’une vision partagée de diversifier l’entreprise, constatant que les porcs issus de leur propre élevage ne se retrouvaient pas dans les établissements locaux et que le secteur de la production porcine connaît des hauts et des bas, ils conviennent alors de transformer eux-mêmes leurs porcs d’élevage. De cette décision est née La Jambonnière en 2004.

«Au départ, nous n’avions pas prévu d’offrir nos produits transformés aux consommateurs. J’ai convaincu Marco, car l’espace actuel du comptoir devait être son bureau», de mentionner la gestionnaire toute souriante.

Ils reçoivent un appui important du milieu en provenance du ministère de l’Agriculture (MAPAQ), de la Corporation de développement économique (CDEVR) et de la Société d’aide au développement des collectivités (SADC). Ils sont parmi les premiers à recevoir le soutien de mentor.

Le début est modeste. Trois employés soutiennent le couple. Oeuvrant dans la vente en gros, l’entreprise comprend alors une douzaine de clients réguliers. «Nous y sommes allés prudemment sans bousculer les choses. Nous ne sommes pas des impulsifs. Tous les matins, avant de nous présenter au travail, nous discutons de la journée et du développement de nos produits assis confortablement chacun dans notre chaise berçante», de dire Marco dont le travail se concentre dans la section de transformation des produits et la vente directe au consommateur.

Présentement, La Jambonnière offre de l’emploi à 17 personnes sur une base régulière. Le personnel double au cours de la saison estivale. Ses employés voient à transformer les carcasses des porcs, mais également d’autres producteurs, tels que de bœufs, de veaux, d’agneaux, de chevreaux et d’autruches.

Grâce à l’évènement de la Balade gourmande, aux médias sociaux, l’offre de leurs produits au marché Godefroy de Bécancour, au marché public de Victoriaville, au marché de solidarité régionale et au marché public de Drummondville sous le nom de charcuterie du marché, La Jambonnière est reconnue non seulement au Centre-du-Québec, mais également à l’extérieur de la région. Des reportages télévisés au cours des années ont également contribué à l’essor de l’entreprise.

Adapter les produits aux tendances culinaires

Profitant du contact direct avec la clientèle, ces dirigeants osent en ajoutant des produits nouveaux qui répondent aux attentes de celle-ci. «Souvent, ce sont les clients qui nous suggèrent de développer de nouveaux produits. De notre écoute et notre audace en résultent de l’innovation culinaire», de s’exclamer le couple.

Si la croissance des dernières années est moins prononcée qu’au départ, elle n’en demeure pas moins réelle. Parmi les défis à rencontrer, ces personnes passionnées font valoir le recrutement d’une main-d’œuvre spécialisée. L’objectif étant de toujours mieux répondre à la clientèle.

Vers de plus hauts sommets

La Jambonnière connaît une deuxième envolée. La restructuration du personnel, soutenue par une professionnelle externe, est au cœur du plan de développement en cours. Au départ, Marco voyait à toutes les facettes de l’entreprise. L’ajout d’un directeur d’usine et la nomination de responsables dans les différents départements portent fruits.

Ensemble, ils préparent le futur. La porte demeure ouverte pour leurs enfants tous intéressés par le secteur alimentaire. Les objectifs sont clairs : augmenter la performance basée sur le pourcentage de transformation de leur propre élevage et produire un porc de qualité en respectant le bien-être animal.

Lyne a la charge de la porcherie avec les employés qui s’y trouvent. Fière de mentionner qu’au cours des quatre dernières années aucun médicament n’a été ajouté dans la moulée consommée par leurs porcs, elle salue la collaboration d’un vétérinaire qualifié qui soutient cet élevage.

Une équipe composée de visionnaires

«Nous encourageons la présence de gens ayant plus de connaissances que nous dans l’entreprise. J’appelle parfois le directeur d’usine mon «boss». Il m’arrive à l’occasion d’exécuter des tâches à sa demande», de faire valoir Marco. Selon les propriétaires, reconnaître le travail du personnel demeure essentiel tout en leur permettant d’exprimer leur vision pour amener l’entreprise encore plus loin.

Projet d’avenir et conseils à de futurs entrepreneurs

Le comptoir qui accueille les visiteurs a connu un agrandissement en 2009. Puis en 2012, des rénovations sont apportées aux bâtiments voués à l’élevage des porcs. D’ici cinq ans, un projet d’agrandissement pourrait voir le jour. Il permettrait d’augmenter l’espace réservé au comptoir tout en bonifiant celui réservé à l’équipe de transformation.

À ceux et celles qui rêvent de lancer leur propre entreprise, ils évoquent deux éléments. Lyne, en faisant référence à leur participation à un regroupement de chefs d’entreprises composé de couples, soulève l’importance de bien s’entourer. Pour sa part, Marco insiste sur la passion qui doit habiter les entrepreneurs et leur équipe. «Tous ensemble, allons vers les plus hauts sommets.»

Le slogan de La Jambonnière, «100 % cochon, 100 % passion» traduit parfaitement l’entreprise. Promoteurs modèles du milieu agricole, Lyne Groleau et Marco Couture représentent à la fois un couple respectueux et des gestionnaires animés d’une passion qu’ils partagent fièrement avec leur clientèle.