Ivan Kosorenkov invité à simplifier son jeu

Ivan Kosorenkov invité à simplifier son jeu

Ivan Kosorenkov

Tout entraîneur dira qu’il n’y a qu’une solution pour se sortir d’une période léthargique : la simplicité. C’est ce que Louis Robitaille propose à ses ouailles qui ne connaissent pas le succès escompté.

Le Russe Ivan Kosorenkov, notamment, a quelque peu ralenti, bien que sa fiche soit encore reluisante. Face aux Voltigeurs de Drummondville, l’attaquant, comme bien d’autres de ses coéquipiers, a éprouvé des ennuis.

«Les équipes font désormais jouer leurs meilleurs joueurs contre lui. Il est plus étroitement surveillé. C’est plus difficile de générer des choses dans ce contexte. Quand ça va moins bien, les joueurs offensifs ont parfois tendance à en faire trop.», a partagé le pilote des Félins.

Lors de ce même match, peu d’attaquants des Tigres sont parvenus à générer des chances de marquer et à mettre à l’épreuve Olivier Rodrigue. «Quand on revient à la base et on garde les choses simples, c’est souvent payant, même quand ça va moins bien. Pascal Laberge, par exemple, a effectué deux passes et il a obtenu deux points. Il n’a pas tenté d’en faire trop et de jouer dans la dentelle. Le réflexe est souvent de tenter d’en faire plus quand ça va mal. Il faut au contraire en faire moins», a soulevé Robitaille.

Ces disettes sont fréquentes chez les joueurs à caractère offensif dans la LHJMQ. Le calendrier étant chargé, les passages à vide son souvent inévitables. «Ivan a vécu beaucoup d’émotion dernièrement. Sa famille est repartie, il y a aussi eu la longue pause des Fêtes. Il doit simplement refocusser en vue du dernier droit de la saison», a conclu l’entraîneur.