Sections

Coupable d'avoir conduit avec les facultés affaiblies

Le criminaliste Guy Boisvert compte porter sa cause en appel


Publié le 19 avril 2017

Me Guy Boisvert (Photo TC Media - Archives)

Le criminaliste victoriavillois Guy Boisvert a été reconnu coupable, mardi, d'avoir conduit son véhicule alors que 230 mg d'alcool par 100 ml de sang coulaient dans ses veines. C'est près de trois fois la limite permise par la loi.

Au palais de justice de Laval, le juge Maurice Parent a ordonné qu'il rende son permis de conduire. Il sera dépossédé de ce privilège pendant un an. Me Boisvert, qui se représentait lui-même, devra également payer une amende de 2000 $, rapporte Le Journal de Montréal. L'avocat a fait savoir qu'il comptait porter cette cause en appel.

Son arrestation remonte au 19 juin 2015. Arrivé au palais de justice de Laval pour défendre un client accusé, ironiquement, de conduite avec les facultés affaiblies, l'ex-bâtonnier du Barreau d'Arthabaska a immédiatement éveillé les soupçons de procureurs et policiers, dégageant une forte odeur d'alcool. Il était alors 9 h 40 environ.

Le quotidien montréalais rapporte que plusieurs témoins ont relaté, devant la cour, que l'avocat avait les «yeux vitreux» et «injectés de sang» le 19 juin, ayant toutefois une démarche «normale», selon des policiers.

Une procureure a alors avisé le sergent Robert Deblois de la situation. En compagnie d'une collègue, ils se sont postés dans le stationnement afin de s'assurer que Guy Boisvert ne prenne pas le volant. Le criminaliste a quitté le palais de justice une quinzaine de minutes plus tard, à bord de son Honda Pilot. Il a été arrêté moins d'un kilomètre plus loin, dans le stationnement d'une station-service.

L'avocat de 48 ans a tenté, en vain, de provoquer l'arrêt des procédures, mardi, faisant valoir au juge qu'il n'avait pas reçu la vidéo de son arrestation, captée par les caméras de surveillance de la station-service.

«Un avocat doit connaître la loi», a alors dit le juge Parent avant de rendre son verdict de culpabilité, selon Le Journal de Montréal.

Outre le fait qu'il compte faire appel de cette décision, Me Boisvert n'en a pas fini avec la justice. Il a de nouveau été arrêté pour les mêmes raisons le 26 janvier dernier, vers 15 h, à Victoriaville. Il venait d'arriver au palais de justice. Il a échoué l'alcooltest avec un taux largement supérieur à la limite permise. Son procès est prévu le 6 juillet.