Pornographie juvénile : Marc Boisvert doit patienter


Publié le 17 mars 2017

Marc Boisvert et son avocat Me Jean-Philippe Anctil

©TC Media - Archives

Marc Boisvert, un ex-Plessisvillois, n'évitera pas la détention, mais il doit patienter jusqu'au 12 mai avant de connaître le sort que lui réserve la justice. Le juge Bruno Langelier de la Cour du Québec a fait savoir, vendredi, qu'il n'était pas prêt à faire connaître sa décision.

Boisvert, 45 ans, a reconnu sa culpabilité, le 14 septembre dernier, à des accusations en lien avec la pornographie juvénile.

Les policiers avaient procédé à son arrestation le 19 mars 2013 à son domicile de Plessisville où ils ont saisi, à des fins d'analyse, des DVD sur lesquels on retrouvait de la nudité et du matériel contenant, selon la preuve, 445 images ou photos et 39 vidéos.

Lors des représentations sur la peine, le procureur de la poursuite, Me Jean-Marc Poirier a réclamé une peine entre 20 et 24 mois de prison tandis qu'en défense, Me Jean-Philippe Anctil a plaidé pour la peine minimale de six mois d'emprisonnement.