Pornographie juvénile : Gazaille demeure détenu

Claude Thibodeau claude.thibodeau@tc.tc Publié le 26 juin 2012

Arrêté le 19 juin pour une affaire de possession et de distribution de pornographie juvénile, René Gazaille de Sainte-Clotilde-de-Horton, passera encore un bout de temps derrière les barreaux. De retour en Cour, mardi, au palais de justice de Victoriaville, l'accusé de 52 ans a vu sa cause être reportée au 19 juillet.

À sa dernière présence devant la Cour, Gazaille n'avait pas d'avocat. En fin de semaine, il a fait appel aux services de Me Jean-Philippe Anctil de Victoriaville.

«D'ici la prochaine audience, je prendrai connaissance du dossier. La poursuite a fait savoir qu'elle pourrait soumettre un complément de preuve. Je ne pense pas être en mesure, le 19 juillet, de procéder à l'enquête sur remise en liberté», a indiqué Me Anctil au www.lanouvelle.net.

René Gazaille a une feuille de route bien remplie en matière d'antécédents judiciaires. Condamné en 2002 à une peine de six mois de prison avec sursis pour agression et contacts sexuels, il a aussi purgé, en 2006, une peine de 12 mois d'emprisonnement pour des contacts sexuels.

Des crimes de même nature lui ont aussi valu, en 2011, une sentence de 24 mois de détention.

Arrêté par l'équipe d'enquête sur l'exploitation sexuelles des enfants sur Internet, Gazaille avait été détecté par les spécialistes en cybersurveillance de la SQ alors que, affirme la police, il a rendu disponibles sur le Web plusieurs centaines d'images et de vidéos de pornographie juvénile.

Pornographie juvénile : Gazaille demeure détenu

Claude Thibodeau claude.thibodeau@tc.tc Publié le 26 juin 2012

Arrêté le 19 juin pour une affaire de possession et de distribution de pornographie juvénile, René Gazaille de Sainte-Clotilde-de-Horton, passera encore un bout de temps derrière les barreaux. De retour en Cour, mardi, au palais de justice de Victoriaville, l'accusé de 52 ans a vu sa cause être reportée au 19 juillet.

À sa dernière présence devant la Cour, Gazaille n'avait pas d'avocat. En fin de semaine, il a fait appel aux services de Me Jean-Philippe Anctil de Victoriaville.

«D'ici la prochaine audience, je prendrai connaissance du dossier. La poursuite a fait savoir qu'elle pourrait soumettre un complément de preuve. Je ne pense pas être en mesure, le 19 juillet, de procéder à l'enquête sur remise en liberté», a indiqué Me Anctil au www.lanouvelle.net.

René Gazaille a une feuille de route bien remplie en matière d'antécédents judiciaires. Condamné en 2002 à une peine de six mois de prison avec sursis pour agression et contacts sexuels, il a aussi purgé, en 2006, une peine de 12 mois d'emprisonnement pour des contacts sexuels.

Des crimes de même nature lui ont aussi valu, en 2011, une sentence de 24 mois de détention.

Arrêté par l'équipe d'enquête sur l'exploitation sexuelles des enfants sur Internet, Gazaille avait été détecté par les spécialistes en cybersurveillance de la SQ alors que, affirme la police, il a rendu disponibles sur le Web plusieurs centaines d'images et de vidéos de pornographie juvénile.

0 Comment(s)

Sign in or Create a profile to write a comment