Le patrimoine des Frères du Sacré-Cœur dévoilé au grand jour

Steven Lafortune steven.lafortune@tc.tc
Publié le 15 avril 2012

Après avoir épluché pendant deux étés les trois classeurs des œuvres des Frères du Sacré-Cœur, le docteur en musicologie Louis Brouillette a présenté un concert-conférence à la chapelle de l’institution religieuse.

C’est pendant une présentation à Montréal qu’il a fait la connaissance de Martin Yelle, des Amis de l’orgue des Bois-Francs, que l’idée est venue de réorganiser les archives des Frères du Sacré-Coeur. «Notre rencontre a été un concours de circonstances. Nous nous sommes mis à discuter et il m’a proposé de venir à Victoriaville afin de classer les dossiers musicaux», a expliqué celui qui se spécialise justement dans les archives musicales religieuses.

Au total, il a répertorié plus de 2 500 œuvres, qu’il a séparées en onze fonds; cinq laïcs (Arthur Charlebois, Lucien Daveluy, Uldérice S. Allaire et Raymond Bourque) et six religieux (Léopold Lemieux, Richard Fréchette, Herménégilde Tellier, Yves Granger, Jean-Pierre Tremblay et Henry McNulty).

Le plus prolifique d’entre eux a certainement été Léopold Lemieux, qui a vécu de 1908 à 1992. «Il a composé et œuvré dans le domaine de la musique presque toute sa vie. En fait, jusqu’en 1983, où il a eu un arrêt cardiovasculaire. Il était très assidu et il s’accordait un moment bien précis dans la journée pour écrire. Il a plus de 2 000 pièces et certaines d’entre elles sont encore interprétées en Europe et en Amérique du Nord», a-t-il expliqué.

Des faits impressionnants

Parmi toute cette imposante collection, il a choisi 11 morceaux, qu’il a joués à l’orgue, dont des «Variations sur l’Immaculée» d’Arthur Charlebois. De plus, la soprano Caroline Demers l’accompagnait sur quelques pièces, notamment «Nostalgie», d’Uldérice S. Allaire.

Il a relevé d’ailleurs durant sa conférence des détails inusités et intéressants lors de ses recherches. «Ce qui m’a surpris en premier lieu est la diversité des œuvres que les Frères ont pu créer. J’ai retrouvé des lettres de correspondance, des photos et des articles de journaux. Il y a aussi un vaste répertoire du côté des œuvres, dont des chants pour des chorales à trois voix, ce qui est très rare», a confié l’organiste.

Vidéo : http://www.lanouvelle.net/Video/17492/Le-patrimoine-des-Freres-du-SacreCoeur-devoile-au-grand-jour