Marie-Sol St-Onge illumine le 5 à 7 de la Fondation CLSC-CHSLD de L'Érable

Manon Toupin manon.toupin@tc.tc
Publié le 15 avril 2015

Marie-Sol St-Onge est accompagnée du président d'honneur de la campagne de financement, Fernand Fortier et du président de la Fondation, Pierre Labonté. (Photo TC Media - Manon Toupin)

Plessisville. Plus de 350 billets ont été vendus et le centre communautaire de la rue Fournier était rempli de gens venus encourager la cause du CLSC-CHSLD de L'Érable, mais aussi pour entendre le témoignage motivant et émouvant de Marie-Sol St-Onge.

Marie-Sol est cette jeune femme, artiste peintre, auteure, conférencière, mère de famille et quadruple amputée, qui est venue parler de résilience et des épreuves dont elle a su se relever après avoir été atteinte de la bactérie mangeuse de chair qui lui a pris ses deux bras et ses deux jambes.

La jeune femme est toujours souriante et était bien contente de venir rencontrer les gens à Plessisville. «Je viens raconter mon histoire, donner mes ingrédients pour traverser les épreuves», a-t-elle expliqué un peu avant de prononcer sa conférence.

Accompagnée de son conjoint, elle est venue rappeler l'importance d'être bien entourée dans les épreuves. Aujourd'hui, malgré ses limitations physiques, Marie-Sol est une femme épanouie qui n'a pas peur de raconter son histoire, question d'encourager les autres qui peuvent aussi vivre des moments difficiles. «Il y en a des pires que moi. Quand je me compare, je me console», souligne-t-elle.

Elle mord dans la vie et ne se laisse pas décourager par les petits aléas du quotidien. Elle n'hésite pas non plus à partager son parcours de vie, même si ce n'est pas évident de toujours raconter cette partie de sa vie. «Mais je sens que c'est utile. Alors si ce que j'ai vécu peut en aider d'autres…», a-t-elle mentionné.

Pour elle, tout est différent depuis l'amputation et il lui a fallu apprendre à faire les choses autrement.

Son excellente attitude face à la situation et sa résilience font en sorte qu'elle a repris la majorité de ses activités, dont sa passion qui est la peinture.

Lors de sa conférence, elle a aussi voulu parler de l'importance d'être en santé, d'avoir des objectifs et des buts qui permettent de regarder vers l'avant. Et surtout de cette capacité de l'humain à s'adapter en se concentrant sur ce qu'il a plutôt que sur ce qu'il n'a plus.

Un exemple de ténacité, de bonté et de joie de vivre que cette Marie-Sol!

La Fondation CLSC-CHSLD de L'Érable en est à 25e campagne de financement. Celle-ci est présidée cette année par Fernand Fortier et l'objectif est de recueillir 135 000 $. Quelque 70 000 $ ont jusqu'ici été amassés.