La Marche afghane gagne Victoriaville

Claude Thibodeau claude.thibodeau@tc.tc
Publié le 17 juin 2013
La marche est devenue une véritable passion pour Elyse Giguère.

La Victoriavilloise Elyse Giguère a fait l'essai de la Marche afghane à Québec. Un effet immédiat, coup de foudre instantané. «Je me suis dit, la marche, c'est pour la vie. J'étais vendue! Wow! Pourtant, auparavant, la marche, ce n'était pas mon fort», commente-t-elle.

La Marche afghane remonte aux années 80. On la doit à un Français Édouard R. Stiegler. «L'homme a participé à une mission en Afghanistan. Surpris de constater que des caravaniers ne semblaient pas fatigués après une marche de 700 km, il s'est mis à les observer pour finalement comprendre qu'ils adaptaient leur respiration à leur pas», explique Elyse Giguère.

La Marche afghane se veut une technique simple de marche sans effort basée sur la synchronisation de la respiration avec le rythme des pas. «Les caravaniers adaptent la respiration à leur pas. Ils marchent ainsi plus longtemps sans se fatiguer», note la Victoriavilloise.

Pour tenter l'expérience, Elyse Giguère a dû se rendre à Québec l'an dernier pour suivre la formation dispensée par Sylvie-Alice Royer. «Dès le premier cours, on apprend les rythmes pour la marche sur un terrain plat ou en ascension. Et on met, dès lors, la théorie en pratique. J'appréhendais la côte devant moi. Je me disais que je n'y arriverais pas», relate-t-elle.

Or, à sa grande surprise, non seulement Elyse Giguère réussit à se rendre au sommet, mais, en plus, elle ne ressent aucun essoufflement. «Je suis même redescendue pour ensuite remonter. C'est une technique simple, mais qui fait tellement de bien», commente-t-elle.

La formation comprend quatre cours de deux heures réparties sur quatre semaines. «C'est assez complet. On explique les techniques et on pratique. Nous apprenons différents rythmes, selon la topographie du terrain», précise Elyse qui a commencé à dispenser la formation à Victoriaville.

Avant de se lancer dans pareille aventure, Elyse Giguère a approfondi le sujet, a acheté des bouquins, effectué plusieurs recherches, notamment sur la respiration et la cohérence cardiaque.

À Victoriaville, Elyse donne le cours dans le décor enchanteur du parc Terre-des-Jeunes et elle y inclut des capsules santé. La Victoriavilloise peut se rendre dans d'autres municipalités de la région pour les groupes d'au moins cinq personnes.

La Marche afghane comporte de nombreux bienfaits, fait-elle remarquer, qu'il s'agisse d'accroître la capacité respiratoire, de l'amélioration de la circulation sanguine, des fonctions digestives, en passant par le renforcement du système immunitaire et la réduction des tensions musculaires.

«La Marche afghane constitue un art de vivre qu'on peut faire partout, qu'on peut appliquer, adapter à plusieurs sports, comme la course, le vélo ou le ski, par exemple», souligne la formatrice ajoutant qu'elle procure le calme du corps et de l'esprit en plus de purifier la peau, de développer des capacités d'attention et de donner de meilleurs réflexes.

Les techniques de cette Marche afghane fait en sorte qu'on ne fatigue pas le coeur. «Et ainsi on peut aller plus loin», signale Elyse Giguère.

La Marche afghane se pratique beau temps mauvais temps, hormis les grands froids de janvier et de février. «Il y a des bienfaits à la pratiquer sous la pluie», mentionne la formatrice, une esthéticienne et réflexologue de profession, disposant aussi d'une formation en alimentation et en soins corporels.

«La Marche afghane, en fait, s'inscrit dans le concept de santé globale. Ça allait de soi de l'intégrer à mes activités», conclut Elyse qui «aime le monde» et qui aime partager sa passion.

Les intéressés peuvent joindre Elyse Giguère au 819 806-0259 ou par courriel à l'adresse elysegiguere@videotron.ca.