Sections

Note discordante entre le Chœur Voxalik et la Fabrique


Publié le 10 août 2017

Le Chœur Voxalik n'a pu s'entendre avec la Paroisse Notre-Dame-des-Érables pour produire son concert de Noël à l'église Saint-Calixte. Elle ne veut pas prendre le blâme de cette situation.

©Photo gracieuseté

Le Chœur Voxalik ne tient pas à prendre le blâme pour ne pas en être arrivé à une entente avec la Paroisse Notre-Dame-des-Érable concernant la location de l'église Saint-Calixte à Plessisville pour la présentation de son concert de Noël en décembre prochain.

La chorale dirigée par le Plessisvillois Kéven Paquet Fontaine se produira plutôt à l'église Sainte-Victoire à Victoriaville.

«Nous avons fait une offre juste et équitable à la Fabrique. Nous ne comprenons pas pourquoi que tout ait achoppé», a indiqué la directrice administrative du Chœur Voxalik, Lucie Blais.

«Nous souhaitions vraiment faire notre concert ici à Plessisville. Nous voulions même en faire une tradition. Nous désirons que la population sache que ce n'est pas par snobisme que nous nous produirons ailleurs ou encore que c'est parce qu'on veut aller dans un plus grand centre», a-t-elle précisé.

Le concert 2016 avait permis d'attirer près de 1000 personnes à l'église Saint-Calixte. Le Chœur Voxalik avait déboursé un montant de 1125 $ à la Fabrique pour la location de sept plages horaires comprenant cinq pratiques, la générale et le concert lui-même. «Nous avions de plus versé un don de 2000 $ à la Fabrique», mentionne Mme Blais.

«Cette année, quand nous sommes revenus négocier, nous avons offert lors de notre première rencontre 100 billets au même coût que l'an passé, soit 25 $ chacun, que la Fabrique devait vendre pour amasser 2500 $. Ceci incluait toutes les pratiques, la générale ainsi que le concert. L'offre semblait satisfaisante à ce moment», d'expliquer la directrice administrative du Choeur Voxalik.

«Quelques semaines plus tard, n'ayant pas reçu de nouvelles, nous sommes revenus à la charge. Une deuxième rencontre a eu lieu et l'entente ne satisfaisait pas la Fabrique. Celle-ci voulait qu'on paye les pratiques en plus de donner un montant d'argent supplémentaire. Le coût pour une pratique passait de 250 $ à 300 $, soit une augmentation de 20% par rapport à l'an passé», poursuit Mme Blais.

«Nous avons fait une dernière offre, soit 1750 $ (payant toutes les pratiques (5), la générale et le concert. Comme la négociation de 2016 avait été longue et pénible, nous ne voulions pas recommencer le processus. Donc, notre offre était finale», d'ajouter Mme Blais. «Quelques heures plus tard, on nous annonçait qu'elle déclinait notre dernière offre.»

Le Chœur Voxalik se retrouvera donc sous un autre toit pour son concert de Noël en décembre prochain. «Ça reste à confirmer, mais il nous en coûtera moins que 500 $ pour les mêmes locations à l'église Sainte-Victoire et peut-être même que nous pourrons compenser une partie en don de billets», de conclure Mme Blais.

Du côté de la Paroisse Notre-Dames-des-Érables, le directeur administratif, Michel Poisson, n'a pu être rejoint pour commenter la situation. Toutefois, le curé Serge Lavoie a dit déplorer la situation. «Il s'agit d'une entente administrative qui n'a pas fonctionné, un point c'est tout», a-t-il résumé ajoutant que d'autres explications pourraient éventuellement être apportées par l'administration de la Fabrique au cours des prochains jours.