Sections

Les férus d'histoire du Québec auront Victo dans leur mire

La Fédération Histoire Québec y tiendra son prochain congrès


Publié le 29 juin 2017

On a choisi une photo datant de 1909 pour illustrer le 53e congrès de la Fédération Histoire Québec. Seul subsiste le Grand Union, l'édifice Paul Tourigny (à droite) et la gare ont disparu, de même que les rails de chemin de fer. Toutefois, on remarquera (à gauche) le cénotaphe qui a été déménagé devant l'hôtel de ville de Victoriaville.

©Photo TC Media - Hélène Ruel

L'actuelle région de Victoriaville et son passé seront dans la mire des férus d'histoire alors que se déroulera le 53e congrès de la Fédération Histoire Québec, le plus important réseau d'organisations et d'individus soucieux de la préservation de la mémoire et du patrimoine sous diverses formes.

MariFrance Charette, directrice de la Fédération, était à Victoriaville aux côtés de Noël Bolduc, président de la Société d'histoire et de généalogie de Victoriaville (SHGV) pour en faire l'annonce.

Le congrès se tiendra la fin de semaine de la fête des Patriotes les 19, 20 et 21 mai 2018 au Centre des congrès du Victorin.

La SHGV s'y prend tôt pour annoncer la tenue de ce congrès, a convenu M. Bolduc. C'est qu'il y aura fort à faire pour en étoffer le menu.

Et la directrice de la Fédération a mis une certaine pression sur les gens de la Société disant que les 12 conférences de la journée du dimanche devaient être quasi «scientifiques», étant courues par des «érudits». Elle a tout de même précisé que les conférences sur l'histoire de la région devaient rester accessibles, le grand public y étant aussi admis.

Il y a longtemps, a souligné M. Bolduc, que la Fédération souhaitait que son annuel congrès se déroule à Victoriaville. Mais l'organisation d'un tel événement nécessitait trop d'investissements, humains, logistiques et financiers pour une société dont le mandat consiste surtout à s'attacher aux recherches et à la diffusion liées à l'histoire locale.

La Fédération l'a compris, a poursuivi Mme Charette, en prenant à sa charge une bonne partie de l'organisation du congrès, en mettant elle-même la table pour laisser aux sociétés hôtesses le soin d'élaborer le contenu.

Se déroulant sur trois jours, le congrès s'ouvre avec deux formations que la Fédération offre à ses sociétés membres, puis avec l'assemblée générale proprement dite. En soirée, la conférence inaugurale donne le «ton» au congrès.

Dans l'ordre habituel : Noël Bolduc, Jocelyne Lévis, Danielle Desjardins, la directrice de la Fédération MariFrance Charette, Stéphane Roy et Nicole Bélair.
Photo TC Media - Hélène Ruel

C'est le dimanche que s'offrent les douze conférences. La SHGV aura de quoi alimenter les congressistes, a fait remarquer le vice-président de la Fédération, Jean Thériault. Le Sherbrookois est impressionné par le nombre de personnages historiques ayant marqué non seulement la région, mais le Québec et le Canada, en commençant par l'incontournable Wilfrid Laurier. Il est certain, a dit M. Bolduc, que le personnage politique fera l'objet… et le sujet d'une des conférences.

Les recherches menées par la SHGV, sur les industries du meuble et du vêtement donneront probablement lieu à d'autres présentations. La Société pourrait élargir son champ afin d'inclure les quatre autres villes sœurs qu'étaient Arthabaska, Warwick, Princeville et Plessisville.

Ces conférences attirent, bon an, mal an quelque 200 personnes.

Au cours de la troisième journée, les congressistes prennent la route pour une longue ou de brèves randonnées afin de visiter les attraits touristiques de la région. Les circuits pédestres sont de plus en plus populaires, a souligné la directrice de la Fédération.

Elle s'attend à ce que les participants puissent s'attarder au patrimoine religieux. L'un des comités les plus sollicités par la Fédération reste celui du patrimoine bâti. Des sociétés locales font parfois appel à l'appui de la Fédération pour les soutenir dans leurs démarches visant à protéger tel ou tel immeuble.

«Au dernier congrès, on a constaté à quel point le patrimoine bâti était le plus pénalisé», a dit Jocelyne Lévis, coordonnatrice du congrès victoriavillois.

Elle s'occupera plus particulièrement de la logistique du 53e congrès. Le comité organisateur se compose de Nicole Bélair, Danielle Desjardins et Stéphane Roy. Le président de la SHGV se joint au groupe. On aura besoin de bénévoles pour accueillir les congressistes.

La Société d'histoire et de généalogie existe depuis 15 ans, regroupe 360 membres. Si elle n'a jamais accueilli le congrès de la Fédération, son «ancêtre», la Société d'histoire d'Arthabaska, l'avait reçu à la fin des années 1970.

 

 

La Fédération en quelques mots

La Fédération Histoire Québec regroupe 276 sociétés, des sociétés d'histoire, de généalogie, de patrimoine, des centres d'archives ainsi que des membres individuels comme des enseignants. Au total, cela représente 55 000 membres.

Elle publie, quatre fois par an, un magazine sur l'histoire locale et régionale.

Elle a ouvert une librairie virtuelle pour la mise en vente d'ouvrages publiés par les sociétés d'histoire locale qui n'ont pu être publiés par les Éditions Histoire Québec.