Entraîner ses méninges… pour mieux vieillir


Publié le 19 avril 2017

De gauche à droite, Thérèse Houle, Annie Belcourt, Christiane Desmarais et France Morin.

©Photo TC Media - Hélène Ruel

«On est de plus sensibilisé à bouger, à cesser de fumer, à avoir une bonne alimentation. Peut-être que d'entraîner ses méninges devrait aussi faire partie de nos saines habitudes de vie. Personne ne veut vieillir avec de la démence», soutient Christiane Desmarais, vice-présidente du Comité des usagers Arthabaska-Érable.

Elle introduit ainsi la conférence que prononcera le docteur Guy Lacombe, chercheur et professeur à la faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke, le mercredi 3 mai, à 19 heures, à la Place 4213.

Sa conférence s'inscrit dans le contexte de l'assemblée générale annuelle du Comité des usagers.

Le docteur Lacombe estime que de développer son cerveau, de l'oxygéner, peut retarder la maladie neurodégénérative comme l'Alzheimer.

Le docteur Guy Lacombe
Photo gracieuseté

Gériatre et neuropsychiatre, il affirme que, d'ici les traitements préventifs, le meilleur moyen de prévenir la maladie… la retarder tout au moins, consiste à l'entretien cognitif.

Coordonnatrice du Comité des usagers, France Morin mentionne que la conférence pourrait intéresser un large public, même les plus jeunes. «Puisque ce n'est pas qu'à partir de 50 ans qu'il faut commencer à entraîner sa mémoire.»

Par sa conférence, le docteur Lacombe donnera des trucs pour développer sa mémoire, faire travailler son cerveau.

Pour présenter cette conférence, le Comité s'est associé des partenaires, comme la Société Alzheimer Centre-du-Québec et la FADOQ. Ni l'une, ni l'autre n'ont hésité à participer à l'organisation de l'activité.

De la FADOQ, la directrice générale Annie Belcourt dit que la conférence s'inscrit tout à fait dans la mission de l'organisme qui prône le vieillissement actif.

Du côté de la Société Alzheimer, l'agente de liaison Thérèse Houle dit que cette conférence peut répondre aux multiples questions qui sont posées tant par les gens atteints par la maladie que par leurs proches qui s'inquiètent. Pour leurs parents ou pour eux-mêmes.

Mme Houle partage ce point de vue de Christiane Desmarais qui dit encore que de garder son cerveau actif, entretenir sa mémoire sert au quotidien. «On vieillit mieux et le quotidien est plus agréable.»

L'assemblée générale au cours de laquelle sera présentée la conférence permet au Comité des usagers de dresser le bilan de ses activités, présenter ses orientations et tenir ses élections. Le conseil d'administration du Comité se compose de 14 membres, six représentants des centres d'hébergement et huit de la population.

L'entrée est libre pour l'activité.