Le pickleball : prometteur pour les aînés

Publié le 15 juillet 2015
Sur ce cliché, nous reconnaissons ainsi Jacques Lizée, Anny Descôteaux et Nathalie Mercier, tout comme Jean-Guy Moreau, instructeur de pickleball et membre du comité, ainsi que les conseillers municipaux William Morales et Alain Martel, ce dernier étant également membre du comité consultatif du CCEG. (Photo gracieuseté)

DRUMMONDVILLE. Des membres du comité consultatif du Centre collégial d’expertise en gérontologie (CCEG), affilié au Cégep de Drummondville, se sont récemment initiés au pickleball, une nouvelle activité physique prometteuse pour les saines habitudes de vie de nos aînés.

Déjà, pas moins de 200 personnes, la plupart des retraités, pratiquent le pickleball à Drummondville. Le CCEG salue d’ailleurs la collaboration de la Ville de Drummondville qui vient favoriser la pratique de ce sport en le rendant accessible à la population, et ce, dans la foulée du programme Municipalités amies des aînés (MADA) et de sa Politique de l’activité physique, du sport et du plein air.

«Le pickleball est une façon par lequel s’exprime le vieillissement actif, qui est un des objectifs prônés par le Centre collégial d’expertise en gérontologie, a indiqué Nathalie Mercier, gestionnaire de projets au CCEG. Nous voyons d’un bon œil que nos aînés puissent s’adonner gratuitement à ce sport.»

Véritable transmetteur des meilleures pratiques innovantes en matière de gérontologie, rappelons que le Centre collégial d’expertise en gérontologie favorise le développement des compétences dans un milieu coopératif interdisciplinaire par le déploiement des expertises et des pratiques des ressources impliquées.

Incubateur d’idées, la création du CCEG suscite plusieurs réflexions, méthodes d’apprentissage et pratiques innovantes dans les domaines de l’éducation, de la santé, des services sociaux et du vieillissement.

À propos du Centre collégial d’expertise en gérontologie

Le CCEG offre des formations spécialisées pour le public et les professionnels de la santé et des services sociaux à l’année, en plus d’établir de nombreux partenariats avec les organismes régionaux pour rédiger des études et recherches dans le but d’améliorer les conditions de vie des aînés et maintenir le soutien à domicile.