Les Carrefours jeunesse-emploi s'attaquent au savoir-être

Joanie Mailhot joanie.mailhot@tc.tc
Publié le 20 mars 2014
Le «cadran des compétences» est ici dévoilé par (à gauche) Annie Richard, directrice CJE Nicolet-Bécancour, Steve Lauzier, agent responsable du projet, Amélie Schelling, stagiaire, et (à droite) Julie Pellerin, représentante de la municipalité de Baie-du-Febvre, Henri Boudreault, professeur à l'UQAM et Mathieu Faucher, représentant du Forum jeunesse Centre-du-Québec. (photo, Le Courrier Sud)

Les quatre Carrefours jeunesse-emploi (CJE) du Centre-du-Québec ont uni leurs efforts pour développer le projet MAP (Mon Attitude Professionnelle), soit une approche et des outils pour accompagner les personnes de 16 à 35 ans vers des attitudes professionnelles optimales.

«Souvent, le savoir-être déterminera si l’employé maintiendra son emploi ou s’il sera remercié. Le monde de l'emploi a changé et change rapidement. De nos jours, un diplôme, ce n'est pas suffisant. C'est donc devant cette réalité que les quatre organismes de la région ont choisi de travailler conjointement pour lancer le projet MAP», souligne Annie Richard, directrice générale du CJE de Nicolet-Bécancour.

L'objectif du projet est de créer un contexte qui donnera du sens aux attitudes professionnelles, aux yeux des jeunes. «Le savoir-être professionnel est souvent considéré comme un défi. Mais je ne pense pas que ce soit par manque d'information, mais plutôt à cause d'un problème de compréhension», estime Steve Lauzier, agent responsable du projet.

MAP propose donc des moyens concrets de mettre en action les attitudes professionnelles. «Le savoir-être s’acquiert par l’expérience. C’est pourquoi l’approche développée est basée sur l’action des participants, soutient M. Lauzier. Nous voulons que les jeunes adultes comprennent par des expériences concrètes la pertinence du savoir-être en contexte de travail.»

Le Carrefour jeunesse-emploi du comté Nicolet-Yamaska et MRC Bécancour, initiateur du projet, a demandé à un groupe qui travaille sur le développement de son employabilité ce que signifiait pour eux le savoir-être. Ils en sont venus rapidement à un consensus en nommant plusieurs aspects des attitudes gagnantes en contexte de travail.

«Tout commence par la création d’un environnement qui va donner du sens à l’apprentissage des attitudes professionnelles. Par la suite, les intervenants et conseillers pourront utiliser les outils qui ont été développés pour cibler les attitudes à travailler et pour élaborer un plan d’action qui aidera la personne à comprendre pourquoi ces attitudes sont cruciales pour sa réussite professionnelle», explique l'agent de projet.

Les personnes de 16 à 35 ans seront donc interpellées à se positionner elles-mêmes sur l’échelle du savoir-être comme étant des survivants ou des débutants quant à leurs attitudes pour ainsi se donner comme objectif de devenir fonctionnels ou même experts en matière de savoir-être.