«Chez nous va devenir chez vous!»

Le préfet formule le vœu que la MRC soit le choix de nouveaux arrivants

Hélène Ruel helene.ruel@tc.tc
Publié le 24 mars 2016

IMMIGRATION. «C'est ici que vous devez rester et développer. Chez nous va devenir chez vous!», a lancé le préfet de la MRC d'Arthabaska, Lionel Fréchette aux 17 agronomes du Carrefour Blé, des nouveaux arrivants en provenance de douze pays différents.

Pour la première fois en six ans, c'était la première fois que le Carrefour Blé s'attardant chaque fois au Centre-du-Québec circonscrivait ses visites et activités dans la seule MRC d'Arthabaska, précise Anne Dusseault, agente de régionalisation d'Accès Travail.

Habituellement, les visites se concentrent dans la MRC de L'Érable, avec, parfois, des incursions du côté de la MRC d'Arthabaska.

Le préfet est allé à la rencontre des participants au Carrefour Blé dès leur arrivée au Centre de recherche, de développement et de transfert technologique agricole (ACER) à Saint-Norbert-d'Arthabaska.

Il n'était pas présent au moment où la chargée de projet, Carine Annecou, ingénieur forestier, a demandé aux participants de se présenter un à un. Mais il connaissait leur expertise, disant souhaiter qu'ils puissent la mettre à profit dans Victoriaville et sa région.

En quelques mots, on a pu constater la diversité des formations et de l'expérience des participants, en agroenvironnement, génie rural, élevage, agroforesterie, horticulture. La plupart détiennent un baccalauréat, certains une maîtrise. Jusqu'à maintenant, un seul participant a pu être admis à l'Ordre des agronomes du Québec.

Les 17 agronomes proviennent du Danemark, du Burundi, d'Algérie, du Maroc, d'Haïti, de la Côte d'Ivoire, du Cameroun, du Rwanda, de la République du Congo, de la Tunisie, d'Irak, d'Iran. Certains sont arrivés au Canada en 2011, d'autres depuis quelques mois seulement.

Un dénominateur commun les incite à participer au programme de 21 semaines offert par l'organisme à but non lucratif, le Carrefour Blé (bio local emploi), celui de s'acclimater aux réalités agronomiques du Québec et d'intégrer rapidement le marché de l'emploi.

Des six cohortes étant passées par le Centre-du-Québec, neuf agronomes ont choisi d'y rester. C'est d'ailleurs un ancien étudiant du Carrefour Blé, Lanwi Larkezime, qui devait accueillir la cohorte 2016 à son lieu de travail, Vivaco groupe coopératif.

Le Carrefour Blé offre des formations, des conférences, stages et sort ses participants de la métropole pour leur faire visiter quatre régions : la Montérégie, Lanaudière, Charlevoix et le Centre-du-Québec.

Anne Dusseault dit que la MRC d'Arthabaska détient un fort potentiel d'attraction pour des immigrants économiques comme les étudiants du Carrefour Blé en raison de ses activités agricoles et agroalimentaires. Même à la station de recherche ACER, on a retenu les services d'un immigrant péruvien qui a vécu, à Saint-Norbert, son premier printemps d'érable à vie, a souligné Carine Annecou.

Et c'est au Centre ACER que les étudiants du Carrefour Blé ont également entendu parler, par l'agente terrain Noémie Asselin, de ce service de la Banque de terres récemment implantée dans la MRC de L'Érable. Ce service par lequel des propriétaires louent leur terre à des gens souhaitant la cultiver pourrait aussi se déployer dans la MRC d'Arthabaska.

La visite dans la MRC a aussi mené les étudiants à l'érablière du mont Saint-Michel et au Centre d'expertise et de transfert en agriculture biologique et de proximité.