Une ferme porcine ultramoderne de 8 millions $ à Lyster

Carol Isabel carol.isabel@tc.tc
Publié le 2 avril 2013

La Ferme Nandcel 2012 inc., une maternité porcine de 2 396 truies, vient d'être inaugurée à Lyster. Il s'agit d'un investissement de l'ordre de 8 millions $.

Le projet est issu d'un partenariat entre Mario Côté inc., Aliments Asta inc. et Robert Beaudoin, instigateur du projet et propriétaire de la Ferme Nandcel.

Cette maternité dotée des dernières technologies offrira à Isoporc inc. des porcelets de très hauts statuts sanitaires issus de truies logées en groupe correspondant aux nouvelles normes du bien-être animal ce qui permettra ainsi l'élimination des cages en fin de gestation.

Le président d'Aliments Asta inc., Jacques Poitras, croit fermement que le passage des truies au logement en groupe est un incontournable puisque des demandes, en ce sens, provenaient déjà de certains clients du marché intérieur et international.

«La Ferme Nandcel est aujourd'hui la première au Québec où les truies seront en liberté et vivront dans des enclos et non plus dans des cages. D'ici 2022, toutes les maternités porcines devront se conformer aux normes du Code de pratiques applicable aux soins et à la manipulation des porcins au Canada», a-t-il indiqué.

Un rêve

En 2000, Robert Beaudoin était devenu le propriétaire de la Ferme Nandcel, une unité de production de 300 truies (naisseur-finisseur). Son entreprise était malheureusement complètement ravagée par un incendie en 2006.

«C'est un rêve qui se concrétise aujourd'hui», d'avouer l'instigateur du projet. «Je possédais déjà toutes les autorisations environnementales pour la mise en place de cette production de porcelets, mais il me fallait trouver des partenaires. Je suis vraiment emballé. C'est ce que je voulais une maternité à la fine pointe de la technologie», d'expliquer M. Beaudoin laissant entendre qu'environ 1 500 porcelets naîtront chaque semaine à la ferme.

«En plus d'être en liberté par groupe de 110 à 120 têtes, l'alimentation de nos truies sera contrôlée par ordinateur et chacune d'elles sera munie d'une puce électronique. Nous saurons exactement la quantité de nourriture qu'elles mangent», d'ajouter M. Beaudoin.

Le projet est bien accepté dans la région. Plusieurs producteurs de maïs ont d'ailleurs accepté de recevoir le lisier sur leurs terres ce qui leur permettra aussi de réaliser des économies en remplaçant les engrais chimiques.

Notons que la construction de la maternité porcine avait débuté en juillet 2012 et que la construction du complexe de quelque 80 000 pieds carrés, et d'une petite annexe pouvant accueillir les nouvelles truies, s'est terminé au cours des derniers jours. Il ne reste que l'aménagement extérieur à compléter alors que la désinfection locale s'effectuera pour la rentrée graduelle des truies à partir des prochains jours.

C’est près de 1 000 visiteurs qui ont aussi eu la chance de voir cette ferme ultramoderne lors d'une journée portes ouvertes qui s'est déroulée vendredi.