Un Scores victoriavillois s’ouvre en avril

Des investissements de 1 million $

Hélène Ruel helene.ruel@tc.tc Publié le 19 janvier 2012

Ce qui était l’aire de restauration de l’ancien Carrefour des Bois-Francs, aujourd’hui le Centre de Victoriaville, abritera une rôtisserie de la chaîne Scores. «On s’attend à ouvrir le restaurant le 1er avril», révèle Annie Gauthier, une des quatre actionnaires de la franchise.

La femme d’affaires de Victoriaville, déjà propriétaire de deux salons de bronzage (Victoriaville et Drummondville) et d’immeubles d’habitation, travaillait à ce projet depuis un an et demi.

Trois autres actionnaires sont associés à Mme Gauthier, sa sœur Isabelle, Nathalie Bertrand et Martin Fillion qui en sera le cuisinier.

Ils investiront 1 million $ pour aménager le restaurant pouvant accueillir jusqu’à 200 convives. Mme Gauthier précise qu’on devrait procéder, en février, à l’embauche du personnel, 90 emplois devant être créés. Le restaurant devrait être ouvert sept jours par semaine, à compter de 11 heures.

D’aussi loin qu’elle se souvienne, Annie Fournier a toujours eu le goût de la restauration. «Je voulais être serveuse!» Elle a acquis l’établissement La Crémière, histoire de s’«initier», dit-elle, de mettre la main à la «pâte», ce qu’elle a l’intention de faire au Scores. Mère de trois enfants, elle dit qu’il «faut que ça bouge!».

Elle souligne qu’il lui a fallu un an et demi de démarches pour répondre à tous les critères imposés par la chaîne de rôtisseries. Elle a finalement trouvé en Martin Fillion le cuisinier expérimenté qu’exigeait la chaîne.

Scores a encore, en bordure du boulevard Arthabaska, un placard laissant présager le futur emplacement du restaurant.

«Ce n’était pas mon choix et je n’avais pas un mot à dire. Au Centre de Victoriaville, le restaurant sera plus accessible (à pied), à proximité du Colisée, du Cégep et des autres écoles.»

Elle estime à deux ou trois semaines le temps que devrait mettre Gestion Sandalwood (propriétaire du Centre de Victoriaville) à circonscrire l’aire de 6 000 pieds carrés qu’occupera le restaurant. Puis, l’aménagement proprement dit devrait nécessiter cinq ou six semaines de travail. «Et il faut prévoir une formation d’au moins deux mois», ajoute Mme Gauthier.

Avec l’installation d’un Scores à sa devanture, le Centre de Victoriaville achève de se meubler, Meuble Perreault ayant aussi annoncé son installation pour juillet prochain. D’autres plus petits établissements de restauration pourraient aussi s’installer de part et d’autre du restaurant Scores..

La présidente du Scores victoriavillois n’a aucune inquiétude quant au succès de son restaurant. «À Victoriaville, il n’y a pas comme ailleurs, une grande concurrence dans le créneau de la rôtisserie.»

Elle mise sur la «réputation de la chaîne» et sur sa table (côtes levées, poulet et bar à salades) pour lui prédire un bel achalandage.

Un Scores victoriavillois s’ouvre en avril

Des investissements de 1 million $

Hélène Ruel helene.ruel@tc.tc Publié le 19 janvier 2012

Ce qui était l’aire de restauration de l’ancien Carrefour des Bois-Francs, aujourd’hui le Centre de Victoriaville, abritera une rôtisserie de la chaîne Scores. «On s’attend à ouvrir le restaurant le 1er avril», révèle Annie Gauthier, une des quatre actionnaires de la franchise.

La femme d’affaires de Victoriaville, déjà propriétaire de deux salons de bronzage (Victoriaville et Drummondville) et d’immeubles d’habitation, travaillait à ce projet depuis un an et demi.

Trois autres actionnaires sont associés à Mme Gauthier, sa sœur Isabelle, Nathalie Bertrand et Martin Fillion qui en sera le cuisinier.

Ils investiront 1 million $ pour aménager le restaurant pouvant accueillir jusqu’à 200 convives. Mme Gauthier précise qu’on devrait procéder, en février, à l’embauche du personnel, 90 emplois devant être créés. Le restaurant devrait être ouvert sept jours par semaine, à compter de 11 heures.

D’aussi loin qu’elle se souvienne, Annie Fournier a toujours eu le goût de la restauration. «Je voulais être serveuse!» Elle a acquis l’établissement La Crémière, histoire de s’«initier», dit-elle, de mettre la main à la «pâte», ce qu’elle a l’intention de faire au Scores. Mère de trois enfants, elle dit qu’il «faut que ça bouge!».

Elle souligne qu’il lui a fallu un an et demi de démarches pour répondre à tous les critères imposés par la chaîne de rôtisseries. Elle a finalement trouvé en Martin Fillion le cuisinier expérimenté qu’exigeait la chaîne.

Scores a encore, en bordure du boulevard Arthabaska, un placard laissant présager le futur emplacement du restaurant.

«Ce n’était pas mon choix et je n’avais pas un mot à dire. Au Centre de Victoriaville, le restaurant sera plus accessible (à pied), à proximité du Colisée, du Cégep et des autres écoles.»

Elle estime à deux ou trois semaines le temps que devrait mettre Gestion Sandalwood (propriétaire du Centre de Victoriaville) à circonscrire l’aire de 6 000 pieds carrés qu’occupera le restaurant. Puis, l’aménagement proprement dit devrait nécessiter cinq ou six semaines de travail. «Et il faut prévoir une formation d’au moins deux mois», ajoute Mme Gauthier.

Avec l’installation d’un Scores à sa devanture, le Centre de Victoriaville achève de se meubler, Meuble Perreault ayant aussi annoncé son installation pour juillet prochain. D’autres plus petits établissements de restauration pourraient aussi s’installer de part et d’autre du restaurant Scores..

La présidente du Scores victoriavillois n’a aucune inquiétude quant au succès de son restaurant. «À Victoriaville, il n’y a pas comme ailleurs, une grande concurrence dans le créneau de la rôtisserie.»

Elle mise sur la «réputation de la chaîne» et sur sa table (côtes levées, poulet et bar à salades) pour lui prédire un bel achalandage.

0 Comment(s)

Sign in or Create a profile to write a comment