Sections

Denis Lampron craignait que Saint-Samuel n'ait pas de maire


Publié le 11 octobre 2017

Denis Lampron reprend la mairie, lui avait décidé et annoncé qu'il quittait la scène municipale.

©Photo TC Media - Archives

Pendant des semaines, on a répété que Denis Lampron était l'un des trois maires sortants de la MRC d'Arthabaska à ne pas solliciter un nouveau mandat. Il avait fait ses adieux à la politique municipale, après y avoir occupé des fonctions depuis douze années, dont les huit premières comme conseiller à Saint-Samuel. On pouvait donc se surprendre qu'il soit élu sans opposition vendredi soir dernier!

Il explique que c'est à la demande de nouveaux candidats à des postes de conseillers, dont sa propre fille, Sandra (élue sans opposition au siège numéro 1), qu'il a déposé son bulletin de candidature au dernier jour des mises en candidature.

«Les nouveaux candidats m'ont contacté parce que quatre conseillers se retiraient, que je connaissais les dossiers, qu'ils ne savaient pas si quelqu'un se présenterait à la mairie. J'ai d'abord dit «non», parce que depuis 2013, j'ai toujours dit que je ne ferais qu'un mandat à la mairie.»

M. Lampron dit avoir attendu jusqu'à la dernière minute pour déposer son bulletin de candidature pour laisser la chance à quelqu'un de briguer la fonction.

Comme personne ne se présentait, «ce qui m'a surpris», et qu'il ne souhaitait pas que la Municipalité se retrouve sans maire, il a finalement déposé son bulletin. Il ne sait pas s'il doit se féliciter ou se désoler que si peu de candidats se présentent à la mairie ou à des postes de conseiller.

Il entreprend ce deuxième mandat, essentiellement pour préparer la relève, ne sachant à ce moment-ci s'il siégera durant quatre ans. «Je le prends une année à la fois.» Il croit que cette relève pourrait se trouver autour de la table.

Il estime que l'année 2018 en sera une de transition, notamment parce que 2019 est celle du dépôt du nouveau rôle d'évaluation.

Autour de la table du conseil municipal, le maire Lampron ne s'inquiète pas d'avoir à siéger avec sa fille. «Elle a déjà été conseillère. Je ne l'ai pas encouragée à se présenter… ni découragée.»

C'est sa fille, explique-t-il, qui en a convaincu d'autres de s'engager en politique municipale, M. Lampron ayant sollicité la candidature de Claudia Doucet, elle aussi élue sans opposition.

Autour de la table du conseil, outre M. Lampron, il ne reste plus que deux «anciens» conseillers; Grégoire Bergeron et Léo Gauthier ayant été réélus sans opposition. Un autre nouveau venu, Patrick Mathis, a été élu sans opposition. Des élections ont lieu pour un seul poste, le 6, convoité par Micheline Janelle et Martin Tourigny.