Sections

Centres d'hébergement : l'avis d'éclosion est maintenu


Publié le 18 mai 2017

Aucun des centres d'hébergement de Warwick, de Victoriaville, de Princeville, de Plessisville et de Lyster n'a pu, encore, lever l'avis d'éclosion.

©Photo TC Media - Archives

Les investigations se poursuivent pour identifier la nature et la source de ce qui s'apparente à une gastroentérite affligeant des résidents des six centres d'hébergement des MRC d'Arthabaska et de L'Érable. Au total, 64 personnes ont été incommodées par ces malaises, huit s'étant ajoutées depuis lundi dernier.

Les résultats des analyses d'eau et d'aliments ainsi que des cultures de selles qu'on a effectuées devraient être livrés au début de la semaine prochaine, indique Guillaume Cliche, agent d'information au Centre intégré universitaire de la santé et des services sociaux (CIUSSS) de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Ces analyses permettront de savoir s'il s'agit d'une infection virale ou bactérienne.

Les premiers cas se sont déclarés dans la nuit du 12 au 13 mai. On ne peut dire, pour le moment, si les cas s'étant ajoutés sont attribuables à une transmission de la maladie ou par une bactérie en incubation, précise encore le porte-parole du CIUSSS.

Aucun des six centres d'hébergement n'a pu lever l'avis d'éclosion au moment d'écrire ces lignes. Parce que si on peut sortir de son isolement une personne malade après 48 heures suivant le dernier symptôme, il en faut le double (96 heures) pour retirer totalement l'avertissement.

Il est toujours conseillé de s'informer des mesures et précautions à prendre avant d'aller visiter un proche hébergé, surtout si ce dernier est malade.