Sections

Le rasage à l'ancienne s'offre dans plus d'un salon


Publié le 20 avril 2017

Certains salons maintiennent la tradition du rasage à l'ancienne, la clientèle d'hommes barbus la réclamant serait toutefois plutôt marginale.

©Photo TC Media - Hélène Ruel

Le portrait du barbier Cassy Rousseau, dit Le Barbare, paru dans nos pages et sur notre site Web, a provoqué un certain émoi dans le monde victoriavillois de la coiffure.

Il n'est pas seul à offrir à la clientèle masculine de Victoriaville le service de rasage à l'ancienne, comme on nous l'a fait remarquer, tout en précisant qu'effectivement il y a de la place pour tout le monde.

Dans d'autres salons, des «barbiers», même des «barbières» manient aussi la lame droite comme le veut la tradition. Par exemple, Marcel Vigneault le fait encore depuis 58 ans à son salon Coiffure Marcel, comme il l'a spécifié à la suite de la parution de l'article.

Il faut dire que le terme «barbier» a presque disparu du vocabulaire. Le ministère de l'Éducation ne reconnaît plus cette formation, sortie des établissements publics depuis près de 20 ans.

La déréglementation a également contribué à modifier le profil de cet emploi, les femmes ayant pris leur place dans le métier. Auparavant, seuls les hommes pouvaient couper les cheveux ou raser la barbe de clients masculins.

Le geste du barbier, qui rase et entretient la barbe selon la méthode traditionnelle, n'a donc pas complètement disparu, coiffeurs et coiffeuses habiles ayant continué de le perpétuer à Victoriaville.